Retour aux actualités
6 mar 2013

18 mesures pour la feuille de route numérique du Gouvernement

Le Premier Ministre, accompagné de membres du Gouvernement, a présenté jeudi 28 février, à l'issue d'un séminaire Gouvernemental, la feuille de route sur le numérique du Gouvernement.

main d'un homme qui écrit un texte

Jeudi 28 février 2013, le Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT a présenté les 18 mesures de la feuille de route du Gouvernement en matière de politique numérique, articulée autour de 3 axes, la jeunesse, la compétitivité et les valeurs :

  • Faire du numérique une chance pour la jeunesse : outre la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école qui vise à généraliser les usage du numérique de l’école au lycée, le Gouvernement engage un plan de formation, sur deux ans, de 150 000 enseignants à l’usage pédagogique des technologies de l’information et de la communication.
  • - Renforcer la compétitivité de nos entreprises grâce au numérique : Afin d’accroître la visibilité de l’écosystème "numérique" français, des quartiers numériques locaux seront identifiés ou créés dans 15 villes ou territoires Ces quartiers numériques seront labellisés et bénéficieront d’une exposition majeure au plan international. En premier “quartier numérique” devrait voir le jour d’ici la fin de l’année à Paris ou en proche banlieue pour offrir une vitrine au dynamisme du tissu numérique national.
  • - Promouvoir nos valeurs dans la société et l’économie numériques : le Gouvernement consolidera la protection des libertés fondamentales sur internet. Un projet de loi sur la protection des droits et libertés numériques sera proposé au Parlement début 2014 au plus tard.

Emploi, formation, attractivité du secteur

Parmi les mesures annoncées, Syntec Numérique a, entre autres, oeuvré dans un dialogue constructif avec le Gouvernement pour soutenir les actions autour de l'emploi, de la formation et de l'attractivité du secteur. Au titre du renforcement des formations aux métiers du numérique (mesure n°4), afin que la France soit en mesure de prendre toute sa part au défi de la coalition européenne pour l'emploi IT, Syntec Numérique se voit confié un Contrat d'Etudes Prospectives, signé avec le ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, pour "faciliter l'émergence, la reconnaissance et la préparation par la formation aux nouveaux métiers du secteur".
 
Par ailleurs, Syntec Numérique a engagé des discussions pour le recours aux emplois d'avenir du secteur marchand (mesure n°5) pour certains métiers du numérique, tels ceux dans le segment des "services numériques à la personne" (SNP).
 
Avec le Gouvernement, Syntec Numérique a aussi engagé une concertation afin de mieux identifier les profils de compétences et les emplois à pourvoir dans le secteur du numérique afin qu'évoluent les parcours de formation ou que soit engagées de nouvelles possibilités en fonction des besoins.
 

Compétivité : le renforcement du "coeur de filière"

Outre l'annonce de la création de 15 quartiers numériques dans les territoires, réunissant PME/ETI start-up et représentants des grands groupes afin de stimuler le développement du secteur, Syntec Numérique note avec satisfaction l'intégration des technologies du Cloud, des objets connectés et des logiciels embarqués, du calcul intensif et de la sécurité des systèmes d'information parmi les 5 technologies privilégiées qui vont bénéficier en priorité du soutien public à la recherche et à l'innovation (mesure N°7).
 
Enfin, Syntec Numérique, accueille favorablement les engagements de financement pour la "numérisation" des PME et ETI pour accroitre leur utilisation des outils et solutions numériques et le contenu numérique de leurs produits et services, axe de compétivitié essentiel que s'emploie à défendre la chambre professionnelle (mesure N°8).
 

Faire de "l'avantage numérique" de la France une priorité

Avec le "Collectif du Numérique", Syntec Numérique avait engagé le Gouvernement, en amont de la préparation de ce séminaire gouvernemental consacré au numérique, à faire de "l'avantage numérique" de la France le coeur de sa politique industrielle.
 

En synthèse, pour Guy Mamou-Mani, Président de Syntec Numérique, à l'issue de ces annonces, « il est indéniable que les pouvoirs publics deviennent réellement conscients des enjeux du numérique. Le sujet est enfin pris sérieusement. Il y a quand même beaucoup d’annonces qui étaient déjà connues, mais tout ce qui concerne la formation constitue une avancée fantastique. Maintenant, il faudra être vigilant sur la mise en œuvre et les déclarations d’intention ».

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Contrat de chantier : mise au point

07.09.2017

Durant ces derniers mois plusieurs articles ou communiqués, parfois contradictoires, relatifs au positionnement de Syntec Numérique sur le contrat de chantier sont parus dans la presse. Une clarification nous semble donc nécessaire pour lever toute ambiguïté sur cette question. 

La République numérique n'est pas celle du repli sur soi

21.06.2016

Les organisations professionnelles du numérique – l’ASIC, France Digitale, le SFIB, Syntec Numérique et TECH IN France – s’inquiètent vivement des nouvelles dispositions introduites lors de l’examen du projet de loi pour une République numérique au Sénat. Ces 5 organisations appellent la représentation nationale à modifier le texte en Commission mixte paritaire le 29 juin prochain afin de préserver la vision positive qui animait le texte initial et ne pas céder à la tentation du repli sur soi ou du protectionnisme.

Notre-Dame de Paris : Syntec Numérique se mobilise pour apporter son expertise à la restauration de la cathédrale

19.04.2019

Syntec Numérique exprime son émotion suite à l’incendie de la cathédrale Notre-
Dame de Paris et s’engage à déployer tout son écosystème dans la restauration de ce monument historique.

#Européennes #campagne : où est passé le numérique ?

10.04.2019

La campagne des européennes bat son plein : le 4 avril dernier, 12 candidats ont confronté leurs idées sur le plateau de France 2 tandis qu’un prochain débat est organisé ce jeudi sur CNews. Si de nombreux sujets sont actuellement abordés - écologie, fiscalité, Brexit… - le numérique reste pour le moment sur le banc de touche ; un constat que regrette Syntec Numérique, à l’heure où la compétition mondiale est de plus en plus accrue et nécessite une réponse forte de l’Europe !