Retour aux actualités
Publié par
28 juil 2020

Accords Ségur de la Santé : le secteur de la santé fait enfin un pas significatif vers le numérique !

Syntec Numérique et TECH IN France se réjouissent des avancées des accords du Ségur de la santé et, plus particulièrement, l’investissement de 2 milliards d’euros qui va être consacré au numérique en santé.

Médecin avec une tablette numérique illustrant le secteur e santé

« Mettre le numérique au service de la santé de tous et tout cela dans l’intérêt supérieur des patients et de leur santé » : c’est l’un des défis cités par le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran dans les conclusions du Ségur de la Santé. Pour le relever, le gouvernement a pris le parti d’engager des investissements significatifs : 2 milliards d’euros pour rattraper le retard accumulé sur le numérique en santé et contribuer à la transformation, la rénovation et l’équipement dans les établissements médico-sociaux.

C’est un tournant historique dans le secteur de la santé en France qui était sous-doté jusqu’alors (moins de 1,5% des budgets consacrés aux investissements hospitaliers contre 3% dans d’autres pays européens) permettant ainsi à l’écosystème de faire un bond qualitatif considérable et de prendre sa pleine dimension au sein du marché européen et mondial.

Les acteurs du numérique en santé réitèrent leur souhait d’implication et se tiennent à la disposition des pouvoirs publics pour participer à la gouvernance, et faire émerger une filière du numérique en santé. Les travaux de la feuille de route du virage numérique de Ma Santé 2022 ont déjà amorcé ce changement de paradigme depuis 18 mois, le public et le privé travaillant de concert, dans l’objectif d’améliorer les solutions proposées aux patients et aux professionnels de santé, dans le respect du rôle de chacun, et dans le souci de mettre en œuvre des modèles techniques, éthiques et économiques vertueux.

Nos organisations avaient d’ailleurs, dès la fin avril 2020, dans le cadre des 75 propositions de relance portées par la filière numérique[1], appelé à accélérer la mise en œuvre de cette feuille de route. Les dispositions évoquées dans le Ségur de la Santé représentent ainsi un signal de confiance supplémentaire.

 

Six sujets nous semblent nécessiter un investissement prioritaire : 

  1. Le déploiement de systèmes d’information évolutifs et l’essor d’innovations, tant pour les professionnels de santé que pour les patients, permettant d’atteindre les objectifs de qualité et d’efficacité des parcours de soins.
  2. L’interopérabilité pour un meilleur dialogue entre les solutions numériques afin de les hisser au plus haut niveau des standards européens et internationaux ;
  3. La cybersécurité et la protection des données de santé, dans le respect d’un cadre éthique clair ;
  4. Les solutions qui ciblent la simplification administrative et organisationnelle et améliorent l’efficience des processus de gestion ;
  5. Le déploiement du potentiel de l’IA en santé par l’utilisation éthique de données de santé qualitatives et le déploiement d'un modèle économique pérenne ;
  6. La massification des compétences numériques et en gestion de projets, la capitalisation sur les savoirs et les savoir-faire, ainsi que l’anticipation des nouveaux métiers pour une filière numérique en santé solide.

« L’investissement annoncé dans le cadre du Ségur constitue un signal encourageant ; en tout cas, c’est un premier pas significatif ! Il faut continuer en ce sens pour en finir avec le cloisonnement des systèmes de santé et proposer la mise en œuvre de solutions interopérables et sécurisées. » déclare Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique.

« La crise sanitaire a mis en évidence pendant le confinement l’apport du numérique à l’organisation des soins dans les territoires ; elle en a également souligné les faiblesses. Il est urgent d’accélérer les investissements, et ceux proposés par le Ségur de la santé vont dans la bonne direction. » déclare Pierre-Marie Lehucher, président de TECH IN France.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur numérique : Le nouveau gouvernement doit se concentrer sur l’investissement et la formation

07.07.2020

Syntec Numérique, organisation professionnelle des acteurs du numérique, dévoile ce jour les résultats de sa conférence semestrielle. Alors qu’un nouveau gouvernement vient d’être nommé, c’est l’occasion de revenir sur le bilan de l’année 2019, l’état des lieux du secteur du numérique en France post-Covid, et aussi de dessiner les priorités pour le dernier acte du quinquennat. Cheville ouvrière de la relance, le numérique doit irriguer l’ensemble des ministères et des industries. Investissements et formation seront les maîtres mots de la reprise.

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.

Rapport d'activité 2019

Ce rapport d'activité retrace tous les temps forts de Syntec Numérique en 2019.