Retour aux actualités

Alice Barralon, Femme du numérique et bénévole pour l'AMAP d'Ahetze

Découvrez le portrait d'Alice Barralon, entrepreneure du numérique engagée dans l'AMAP d'Ahetze!

Alice Barralon

Découvrez le portrait d'Alice Barralon, entrepreneure du numérique engagée dans l'AMAP d'Ahetze!

Femmes du Numérique : Pour commencer, quelle est votre définition du « numérique » ?

Alice Barralon : Le numérique c’est l’égalité des chances, l’opportunité pour tous de réussir. C’est aussi une profonde mutation dans nos façons d’apprendre et de travailler, une conduite au changement qui doit être accompagnée.

FDN : Les femmes, une opportunité pour le numérique. Le numérique, une opportunité pour les femmes. Qu’en pensez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi ce secteur ? Quel métier du numérique exercez-vous ?

AB : Les deux sont vrais ! J’ai choisi ce secteur par passion, j’ai créé cette année une société dans le numérique : ORIIONS. Je propose un accompagnement des entreprises dans leurs projets informatique (sites web, extranet, sites mobiles : toutes les applications liées au digital et à l’innovation).

Je fais aussi parti de l’association des Duchess pour promouvoir l’IT chez les femmes.

FDN : En plus de votre activité professionnelle, vous être engagée bénévolement dans une action sociale ou humanitaire. Comment conciliez-vous les deux ? Cela participe-t-il à votre équilibre ?

AB : À mon sens les deux sont indispensables. J’ai vécu au Canada ou les étudiants passent obligatoirement par la case ‘volontariat’ avant de rentrer dans le monde professionnel. C’est une très belle expérience qui permet de donner de son temps et de faire de belles rencontres. C’est important d’avoir des convictions, de les assumer et de les porter (tant sur le plan professionnel et aussi sur le plan personnel).

FDN : Présentez-nous l’association dans laquelle vous être investie. Quelle est son action ? Quelle y est votre mission ?

AB : L’AMAP est née d’un besoin de rencontre entre des producteurs et des consommateurs sur la commune d’Ahetze en particulier. La mission de l’AMAP est de soutenir une agriculture paysanne en facilitant, pour le consommateur, l’achat de produits locaux (légumes, œufs, fromage, viande, miel, tisanes,...) et pour le producteur d’avoir de la visibilité sur l’organisation de sa production. L’AMAP s’est montée très rapidement. En trois mois, 70 familles étaient réunies autour de cette envie « de consommer local et raisonné ». En un an une douzaine de producteurs ont rejoint l’AMAP.

J’ai choisi de m'engager dans cette cause car elle me paraît juste et humaine. L’alimentation et la santé sont des enjeux qui sont trop importants pour être confiés à des industriels ou à des spéculateurs boursiers. A travers l’AMAP, je milite pour une agriculture durable. Je soutiens des petites entreprises familiales qui font encore des produits de qualité, qui ont l’amour et la passion de leur travail, qui travaillent dur et qui sont à l’écoute du consommateur. Je suis partenaire, je participe aux aléas des intempéries, aux caprices de la nature, au constat affligeant de changement du climat. En les soutenant, j’apporte mon savoir-faire technique en leur simplifiant la tâche de distribution, en fédérant des consommateurs qui souhaitent changer leur mode de consommation et être responsable de leurs actes.

FDN : Au travers de votre activité professionnelle mais aussi de votre vie personnelle et associative, comment défendez-vous l’égalité femme-homme ?

AB : Je la défends en étant présente dans les métiers du numérique, en ayant créé une société, en pitchant dans des conférences technique, en travaillant fort… en étant présente dans un secteur d’activité majoritairement masculin. Et surtout en respectant les autres.

FDN : Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme qui hésite à travailler ou à créer son entreprise dans le secteur du numérique ?

AB : Etre bien entourée et foncer ! Ne pas avoir de regrets. Si ça marche c’est merveilleux sinon c’est une super expérience.

Biographie

Alice Barralon a obtenu son Master double compétence en informatique et sciences sociales en 2003 à l’Université Pierre Mendès France à Grenoble. Elle a ensuite travaillé dans des laboratoires de recherches (CNRS-Lyon et LIG-Grenoble) avant de partir, en 2005, pour trois ans à Vancouver au Canada. Durant cette période, elle a travaillé pour le compte du gouvernement, au côté de M. le Ministre de l’éducation de Colombie Britannique (où le système éducatif est provincial et non fédéral).

Elle développait le portail d’études en ligne destiné aux étudiants éloignés (e-learning). Dès son retour en France en 2008, elle a travaillé, en tant que Chef de Projet, pour un éditeur de logiciels qui proposait des solutions de  Systèmes d’Information Géographique où elle a créé et piloté le pôle mobilité de l’entreprise (applications cliente sur PDA puis tablette). Après 10 ans en tant que salariée, elle a choisi de créer, en février 2015, sa propre société de conseil et développements en informatique nommée ORIIONS. Ses convictions personnelles la poussent à s’engager dans des causes liées au développement durable, sociales et solidaires. Elle se positionne comme conseiller.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Signature de la charte d’engagement pour la #mixité

Syntec Numérique a signé le protocole d’accord pour la mixité, l’emploi des femmes et la formation dans la filière du numérique

Le numérique, des études pour les femmes

Lors de la quatrième édition du trophée excellencia récompensant 8 lauréates, Gender Scan et Syntec Numérique ont dévoilé une enquête menée auprès de 547 répondants étudiants répondants.

Signature de la charte d’engagement pour la #mixité

Syntec Numérique a signé le protocole d’accord pour la mixité, l’emploi des femmes et la formation dans la filière du numérique