Retour aux actualités
19 sep 2013

Baromètre Syntec Numérique BVA septembre 2013

À l’heure où la protection des données personnelles sur Internet est au cœur de l’actualité, Syntec Numérique a interrogé les Français dans le cadre de son baromètre mensuel de l’innovation réalisé avec BVA. Si une écrasante majorité de Français n’est pas convaincue de la confidentialité de leurs données, la plupart d’entre eux n’envisagent pas pour autant de modifier leur façon de communiquer sur les outils numériques.

graphiques

Les tentatives des pouvoirs publics pour rassurer l’opinion publique face aux scandales de cet été (Prism…) n’auront pas suffi à convaincre les Français : 80% d’entre eux estiment actuellement que la confidentialité de leurs informations personnelles sur le web n’est pas correctement assurée.

Paradoxalement, plus des deux tiers (72%) n’envisagent pas pour autant de modifier leur façon de communiquer sur leurs outils numériques.

Paradoxalement, plus des deux tiers (72%) n’envisagent pas pour autant de modifier leur façon de communiquer sur leurs outils numériques. « Cette tendance reflète la vigueur de la révolution numérique et son intégration dans la vie quotidienne de chacun. Les oracles qui prédisaient que la problématique des données privées est le ver qui rongera de l’intérieur la machine Internet sont ici démentis. C’était sans compter sur l’éveil des citoyens sur ces questions : ils savent que leurs données sont en risque, ils l’assument, et peuvent agir en conséquence s’ils le souhaitent. » explique Bruno Vanryb, Président du collège Editeurs de Syntec Numérique.

Cette tendance à la tolérance se traduit également par le positionnement des Français face aux ingérences des gouvernements dans leur vie privée dans ces cas particuliers : plus des trois quarts trouvent en effet normal que des états puissent surveiller leurs communications en ligne pour lutter notamment contre le terrorisme. « Ces chiffres sont exceptionnels quand on connait la sensibilité française sur un concept tel que la liberté », poursuit Bruno Vanryb.

Bien que tolérants sur ces questions, les Français ont en revanche des attentes précises sur le sujet de la confidentialité. Pour préserver et contrôler les données transitant sur Internet, ils souhaitent en effet avoir droit à l’effacement des données personnelles (52%) et à la possibilité de les « encrypter » (38%). « Les récentes révélations autour du programme américain Prism ne semblent pas beaucoup modifier chez les Français leur façon de communiquer via les outils numériques. Est-ce que cela durera ? C’est une autre question conclut Bruno Vanryb.

 
 

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Baromètre Financement des PME et des startups - 3ème édition

07.07.2017

40% des startups et PME du numérique disent avoir des difficultés à obtenir des financements. Le dynamisme des startups et PME du numérique représente un important levier de croissance et de compétitivité pour l’économie française. Elles sont pourtant confrontées à de nombreuses difficultés pour leur financement, qu’elles choisissent de s’adresser à des acteurs publics et privés.

Baromètre PME / ETI - Accès aux marchés - 4ème édition

15.03.2017

Un accès aux marchés toujours difficile pour 67% des entreprises du numérique

Notre-Dame de Paris : Syntec Numérique se mobilise pour apporter son expertise à la restauration de la cathédrale

19.04.2019

Syntec Numérique exprime son émotion suite à l’incendie de la cathédrale Notre-
Dame de Paris et s’engage à déployer tout son écosystème dans la restauration de ce monument historique.

#Européennes #campagne : où est passé le numérique ?

10.04.2019

La campagne des européennes bat son plein : le 4 avril dernier, 12 candidats ont confronté leurs idées sur le plateau de France 2 tandis qu’un prochain débat est organisé ce jeudi sur CNews. Si de nombreux sujets sont actuellement abordés - écologie, fiscalité, Brexit… - le numérique reste pour le moment sur le banc de touche ; un constat que regrette Syntec Numérique, à l’heure où la compétition mondiale est de plus en plus accrue et nécessite une réponse forte de l’Europe !