Retour aux actualités
22 mar 2013

MyMeetingsOndemand, jeune entreprise innovante, bénéficiaire du CIR, salue l'excellence du dispositif

Le CIR est important pour les jeunes entreprises innovantes. Pour MyMeetingsOndemand, qui a bénéficié du CIR pour le développement de ses prototypes, le dispositif gagnerait à être amélioré en réactualisant la définition de la R&D dans le secteur du numérique

Plusieurs personnes travaillant autour d'une table

Une entreprise tournée vers la recherche et l’international

MyMeetingsOndemand, créée en 2011 par Patrick Bedigis et David Thibau, est une société éditrice de logiciel qui a développé Meetings* une application Web multilingue qui permet de piloter efficacement les réunions, facilite la gestion des comptes rendus et améliore le suivi des actions décidées en session. Les deux apports essentiels de l’application sont une meilleure gouvernance et une réelle efficacité opérationnelle.

L’entreprise se définit comme pure player de la Réunion 2.0 qui permet de collaborer AVANT/PENDANT/APRES la réunion. Dans le prolongement du Web 2.0, la Réunion 2.0 réunit la puissance collaborative du web social, l’accessibilité du Cloud et les fonctionnalités qui transforment toute réunion en un processus efficace.

L’entreprise connait une belle croissance, et a déjà plus de 1000 utilisateurs (Groupe La Poste, GlobalAerospace, PME, Associations…). Elle prévoit de doubler son chiffre d’affaires cette année, et est en phase de levée de fond pour atteindre rapidement les 100.000 utilisateurs en France et se développer à l’international.

 

Le CIR, un dispositif fondamental pour le développement de l’entreprise

Dès sa création, du fait de son cœur de métier et des difficultés à résoudre en termes techniques pour réaliser le projet, la société MyMeetingsOndemand a bénéficié du statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI) et du Crédit Impôt Recherche (CIR), i.e d'un crédit d'impôt calculé en fonction des dépenses de R&D de l'entreprise.

Selon Patrick Bedigis, ce dispositif a permis à l’entreprise de lancer rapidement des prototypes, de les améliorer continuellement, et de les tester très vite auprès d’utilisateurs. Patrick Bedigs estime que sans les  dispositifs JEI et CIR, l’existence même de son entreprise n’était pas assurée.

 

Des pistes d’amélioration

M. Bedigis juge légitime la constitution d’un dossier conséquent et les systèmes de mesure mis en place par l’Administration. Il a pu constater la progression de l’administration dans ce domaine et estime qu’elle fait partie intégrante de son écosystème d’entreprise innovante.

Cependant, selon lui, une des limites du dispositif tient à la définition même de la R&D qui sied mal aux projets du numérique. En effet, peu de sociétés du numérique réalisent des travaux relevant de la recherche fondamentale et/ou appliquée. Or il existe de vrais problèmes techniques à résoudre en termes d’innovation qui nécessitent des expérimentations. Ces travaux peuvent apporter une valeur ajoutée importante à l’économie et représenter un levier important de compétitivité.

Enfin, il pense que si les JEI pouvaient percevoir plus rapidement le CIR - dés la clôture des comptes comme par le passé et non 6 mois plus tard-, cela contribuerait à sécuriser leur trésorerie, nerf de la guerre de toutes les PME innovantes.

En conclusion, Mymeetingsondemand salue avant tout les bienfaits du dispositif du CIR que l’entreprise considère comme un vrai avantage compétitif à l’international et un formidable levier de croissance.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Lettre fiscale - mai 2019

Téléchargez les dernières actualités fiscales !