Retour aux actualités
2 juin 2015

Syntec Numérique crée le Comité « Industrie du futur » et nomme Maurice Ricci président.

Syntec Numérique annonce la création d’un comité « Industrie du futur », présidé par Maurice Ricci. Son ambition : promouvoir la France créative, entrepreneuriale et innovante, moderniser l’appareil productif français grâce au numérique et accroitre la visibilité à l’international des entreprises industrielles.

chercheuse scientifique

Cette mobilisation fait écho à l’investissement de Syntec Numérique au sein de l’alliance pour l’Industrie du Futur, portant le plan homonyme, pilier de la seconde phase de la Nouvelle France Industrielle, annoncé le 18 mai par Emmanuel Macron.

Syntec Numérique a décidé de s’investir fortement dans l’ambitieux plan « Industrie du futur » lancé par le Gouvernement, en constituant notamment une alliance avec d’autres organisations professionnelles, des écoles et des centres de R&D. 

Parmi les propositions concrètes figurent, notamment, trois actions emblématiques :            

  • La sensibilisation de plus de 15 000 entreprises à la transformation numérique et l’accompagnement de 2000 PME ou ETI industrielles dans leur projet de modernisation.
  • La création et la promotion - d’ici fin 2016 - de plus de 15 projets emblématiques de dimension nationale voire européenne.
  • Le déploiement de plates-formes technologiques accessibles aux industriels sur l’ensemble du territoire français.

Cette implication nécessite une mobilisation des adhérents de Syntec Numérique et de son écosystème. Le Comité « Industrie du futur » a ainsi été créé pour mener à bien les travaux futurs et faire l’interface avec l’alliance.

« Syntec Numérique soutient la transition numérique des entreprises, notamment des industries traditionnelles, enjeu fondamental pour leur modernisation et leur compétitivité, explique Maurice Ricci, président de ce nouveau comité. Nous appelons toutes les entreprises à se mobiliser, ainsi que l’ensemble des acteurs de l’écosystème (organisations professionnelles, ministères, collectivités et politiques), afin de transformer les déclarations de principe en actions concrètes ! Ce plan et cette alliance répondent à ce souhait et nous nous en félicitons. Ce comité doit être le porte-parole et le fer de lance du numérique et de son déploiement dans les PME et ETI industrielles ».

A lire également sur notre site

Osez passer à l'industrie du futur !

28.02.2019

L'outil de référence de Syntec Numérique fait peau neuve ! (Re)découvrez et partager l'essentiel de ce qu'il faut connaître pour bien démarrer un projet de transformation digitale d'entreprise indutrielle.

Le numérique au service de la transformation de l’industrie

20.09.2018

Syntec Numérique salue la dynamique du plan d’action pour accélérer la transition des TPE, PME et ETI vers l’industrie du futur présenté aujourd’hui par le Premier ministre.

Syntec Numérique revoit sa gouvernance, nomme 14 administrateurs au sein du Conseil d’Administration et dessine les contours de la relance

30.09.2020

A l’occasion de ses Assemblées Générales qui se sont tenues mardi 29 septembre, Syntec Numérique a revu sa gouvernance et a entériné la nomination de 14 administrateurs à son Conseil d’Administration. L’après-midi a été suivie des Rencontres de l’Ecosystème, en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. L’opportunité pour le syndicat de revenir sur cette année 2020 marquée par la crise sanitaire et rappeler ses chantiers prioritaires pour les mois à venir, plus que jamais d’actualité.

Invalidation du Privacy Shield : le secteur numérique s’inquiète de l’impact immédiat et demande des mesures transitoires, en vue d’un cadre protecteur stabilisé

25.09.2020

L’Asic, Syntec Numérique et TECH IN France rappellent leur attachement à un haut niveau d’exigence en matière de protection des données des citoyens et des acteurs économiques. La décision récente de la CJUE concernant le « Privacy Shield », rappelant cette exigence, implique un réexamen des régimes de la donnée vis-à-vis des pays tiers. Toutefois, dans la période intermédiaire, des mesures transitoires devront être mises en œuvre afin de sécuriser juridiquement l’activité de toutes les entreprises concernées.