Retour aux actualités
16 jan 2014

Dix propositions du gouvernement pour un plan national de formation

Suite à la conférence de presse de François Hollande, Syntec Numérique relance le débat autour de l’une de ses priorités 2014 : la formation

main sur une tablette tactile

Porté par la volonté de se concentrer davantage sur les jeunes, tout en valorisant les métiers du numérique et l’attractivité du secteur, Syntec Numérique révèle ses dix propositions adressées au Gouvernement, afin de développer «un plan ambitieux national de formation aux métiers et emplois du numérique».

Dans le cadre de la valorisation du Contrat d’étude prospective (CEP) de la filière numérique qui a mis en évidence plus de 36 000 créations d’emplois nets à horizon 2018, du débat en cours sur la réforme de la formation professionnelle et l’apprentissage, Syntec Numérique formule ses propositions à l’attention du Gouvernement pour un plan national de formation, tout en insistant sur le renforcement et la simplification des dispositifs d’alternance (apprentissage et professionnalisation).

« La France doit répondre à la grande coalition pour l'emploi IT de la Commission européenne qui recense un besoin de 900 000 emplois à pourvoir d'ici 2015 en Europe. Il faut donner aux jeunes, personnes en recherche d’emploi, seniors et décrocheurs la possibilité d'occuper ces emplois qui joueront un rôle moteur dans la prochaine phase de la révolution numérique : l'ère du numérique industriel », souligne Guy Mamou-Mani, Président de Syntec Numérique.

Dans sa feuille de route de février 2013, le Gouvernement avait demandé à Syntec Numérique d'être à l'initiative de cette étude prospective (CEP) sur les besoins en compétences et en recrutement de la filière numérique, qui a été réalisée avec les partenaires sociaux et le Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

 

Pour Syntec Numérique, le plan de formation résultant de ces constats, doit relever plusieurs défis :

  • Innover en matière de formation pour et par le numérique, afin d’accélérer la diffusion des compétences du numérique dès le plus jeune âge
  • Donner aux jeunes la possibilité d'occuper les emplois qui joueront un rôle moteur dans l'ère du numérique industriel, en obtenant des diplômes leur permettant d’accéder à un emploi dès la sortie de l’enseignement supérieur
  • Adapter l’offre de formation professionnelle aux besoins d’un secteur en croissance et en constante évolution technologique tout en étant  créateur d’emplois nets sur une longue période, dans les entreprises qui « font » le numérique et celles qui en profitent pour se développer ou se transformer
  • Repenser notre système de formation, d'acquisition et de certifications de compétences, pour fluidifier le marché du travail en rapprochant l'offre de formation aux besoins de l'économie.

 

Le plan proposé par Syntec Numérique porte sur chacune des situations ou étapes de la vie :

  • la formation initiale : de la maternelle au lycée
  • la formation octroyant un diplôme de bac +2 au doctorat
  • la formation de « rattrapage » à destination des décrocheurs
  • la formation professionnelle pour les personnes en activité
  • la formation professionnelle pour celles en recherche d’emploi.

 

« Le numérique s’adresse aux personnes de tout horizon. Il est indispensable de trouver des solutions concrètes. C’est pour cette raison que nous  proposons  un plan de formation national, dont l’objectif est de développer de nouveaux talents et de créer la « génération numérique » de demain ! » conclut Guy Mamou-Mani, Président de Syntec Numérique.

 

A lire également sur notre site

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Le marché de l'emploi cadre dans le secteur informatique : 2eme semestre 2018

Les prévisions de recrutement de cadres sont particulièrement favorables dans les activités informatiques