Retour aux actualités
3 avr 2017

Données de santé : Syntec Numérique élargit son champ d’action

Alors que le Système national des données de santé (SNDS) issu de la loi Santé a été officiellement lancé le 1er avril, Syntec Numérique a constitué, au sein de son Comité Santé, un groupe de travail sur les bases de données médico-administratives. Ce groupe a vocation à fédérer les entreprises utilisatrices de ces bases, et renforcer le champ d’action de la chambre professionnelle sur les données de santé.

Médecin avec une tablette devant un schéma numérique

Ce groupe de travail sur les bases de données médico-administratives est placé sous la présidence d’Alexandre Vainchtock (HEVA), au sein du groupe sur les données de santé du Dr Christophe Richard (ATOS). Il réunit les adhérents actuels de Syntec Numérique – hébergeurs de données, éditeurs d’applicatifs, bureaux d’étude, sociétés spécialisées en machine learning. Les mutuelles et les établissements de santé sont également concernés.

La création de ce groupe de travail s’inscrit dans le contexte de la mise en place actuelle de l’Institut national des données de santé (INDS) qui va devenir le guichet unique pour les demandes d’accès au Système national des données de santé (SNDS) en vue de réaliser une étude, une recherche ou une évaluation présentant un intérêt public.

La loi santé de 2016 prévoit en effet que l’accès des entreprises productrices de produits de santé et des assureurs en santé devra, soit passer par un bureau d’études ou un organisme de recherche indépendant, soit démontrer que les modalités d’accès ne permettent en aucun cas d’utiliser le SNDS pour des finalités interdites identifiées dans la loi.

Selon Alexandre Vainchtock, « l’ambition de ce nouveau groupe de travail est de fédérer les acteurs du secteur des bases médico-administratives et de positionner Syntec Numérique comme une force de proposition auprès de l’INDS, en apportant expertise et indépendance – indispensable à l’utilisation de ces bases en tant que ‘tiers de confiance ».

Syntec Numérique participe déjà aux initiatives des pouvoirs publics sur les données de santé, depuis les travaux sur l’Open data conduits par le ministère de la Santé aux groupes de travail « Faciliter l’accès aux données » et « Filière d’analyse des données de santé » du Comité stratégique de filière (CSF), en passant par les travaux en cours au SGMAP.

A lire également sur notre site

Numérique en santé : l’Alliance e-Health France demande une politique plus ambitieuse

25.10.2017

Alors que le numérique en santé est une priorité de l'exécutif et que le PLFSS 2018 arrive en discussion à l’Assemblée nationale, les industriels du numérique en santé rassemblés au sein de l’Alliance eHealth France appellent à une accélération et à un changement d’échelle dans les réformes.

Livre blanc - Financement de la transformation numérique du parcours de vie

03.04.2017

Syntec Numérique et la FEHAP ont présenté le 29 mars un livre blanc dédié au financement de la transformation numérique du parcours de vie. Ce livre blanc s’inscrit dans la continuité de leurs travaux précédents sur le « bien vieillir » et vise à donner des pistes de réflexion sur le financement de la transformation numérique du système de santé, dans le contexte du basculement du « cure » au « care ».

Smart city : gadget ou création de valeur collective ?

22.11.2017

La Caisse des Dépôts, Syntec Numérique et les pôles de compétitivité Advancity et Systematic Paris-Region ont financé une étude initiée et réalisée par Citizing et OpenCitiz afin de répondre à la question de l’utilité des projets « smart ». A travers l’évaluation socio-économique de 5 projets « ville intelligente » concrets, cette étude réussit notamment à démontrer quantitativement que les projets « smart city » peuvent créer de la valeur collective.

Publication du second baromètre des pratiques Green IT des entreprises

17.11.2017

L'Alliance Green IT (AGIT) a publié la seconde édition du baromètre des pratiques Green IT des entreprises en France. Cette étude permet aux entreprises de mesurer leur niveau de maturité en terme de mise en œuvre des bonnes pratiques et de se positionner par rapport aux moyennes observées. Il s'agit du premier outil neutre et indépendant sur le sujet, donnant la possibilité aux entreprises de faire évoluer leurs réflexions vers des solutions concrètes.