Retour aux actualités

Economie collaborative, sondage Syntec Numérique Odoxa décembre 2015

Plus de 80 % des Français convaincus par l’économie collaborative

Depuis quelques années, les succès mondiaux des Uber, Airbnb ou encore Blablacar, intimement liés à la transformation numérique, ont braqué les projecteurs sur une autre manière de consommer, qui privilégie le partage et la mutualisation des moyens. Selon le dernier sondage réalisé par Syntec Numérique et Odoxa1, les Français ont adopté cette révolution collaborative, qu’ils associent souvent à des valeurs positives, telles que la réalisation d’économies ou de nouvelles rencontres

Homme devant un schéma représentant la transformation numérique

Les Français et l’économie collaborative

  • 82 % des personnes interrogées en ont une opinion positive 
  • Pour 83 % des sondés, elle permet de faire des économies pour un produit ou un service équivalent 
  • 65 % des interviewés y ont déjà eu recours ou comptent en faire usage

Un phénomène plébiscité par la population française

L’économie collaborative est sortie de sa « niche » et fait désormais partie du quotidien de chacun : le sondage révèle que plus de 8 Français sur 10 sont convaincus par cette nouvelle forme d’organisation. Cette quasi-unanimité est d’ailleurs vraie dans toutes les catégories de la population, jeunes (85 % des 18-24 ans) et moins jeunes (82 % des 65 ans et plus).

Préoccupés par la baisse de leur pouvoir d’achat, 83 % des Français estiment en effet que le collaboratif permet de réaliser des économies, pour un produit ou un service. Il offre également la possibilité de rencontrer de nouvelles personnes (79 %), de moins polluer (74 %) ou encore de gagner du temps (66 %).

Les critères négatifs proposés sont majoritairement rejetés : l’idée que l’économie collaborative serait avant tout destinée aux jeunes (56 % pensent que ce n’est pas le cas), dangereuse pour l’emploi (59% estiment que non), ou encore une mode passagère (64 % ne sont pas d’accord).

Seul bémol, 64 % des Français considèrent que cette économie présente de nombreux risques d’arnaques. Il s’agit d’un enjeu de taille pour le développement de l’économie collaborative. Ces sites n’étant pas des entreprises comme les autres, ils ne peuvent pas garantir la loyauté de tous leurs « collaborateurs », mais bien rassurer les usagers sur la sécurité des paiements, la fiabilité des systèmes de notation et la possibilité d’avoir des recours en cas de problème.

 

Un usage qui s’installe dans le quotidien des Français

Souvent fustigé pour ses lourdeurs, l’Hexagone montre toutefois une véritable ouverture pour le développement de l’économie de partage. S’il y a quelques années les études montraient un usage de « niches » (jeunes urbains notamment), les Français sont aujourd’hui deux tiers à déclarer qu’ils y ont déjà eu recours (36 %) ou comptent en faire usage (29 %) dans les mois à venir. Seul un tiers (34 %) d’entre eux n’envisage pas encore de franchir le pas.

Les usagers ou futurs usagers sont majoritaires dans toutes les catégories d’âge même si la proportion des jeunes est supérieure aux plus âgés : 72 % chez les 18-25 ans (dont 45 % d’usagers actuels), 54 % chez les 65 ans et plus (dont 24 % d’usagers actuels), avec une baisse continue au fur et à mesure que l’âge augmente.

« Ce bouleversement de l’économie a été permis par le numérique qui facilite la mise en relation entre les acteurs économiques - professionnels ou particuliers - et leur constante évaluation. La compétitivité des prix et la qualité des services qui en résultent entraînent des taux de satisfaction élevés qui amplifient constamment son adoption. Il est d’ailleurs intéressant de noter que le recours à ces modes de consommation alternatifs est réputé faire gagner du temps pour deux tiers des Français.

Surtout, nos concitoyens rejettent majoritairement l’idée qu’il s’agirait d’un mouvement éphémère et réservé aux jeunes. Pour eux, l’économie collaborative s’adresse à l’ensemble des citoyens et va durablement s’installer. C’est un formidable défi à relever pour nos entreprises et une belle opportunité pour les générations à venir qui trouveront sans doute dans cette économie de partage les solutions à bien des problèmes de nos modes de vie actuels » déclare Muriel Barnéoud, Présidente du Collège éditeurs de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Évolution de Syntec Informatique à Syntec Numérique

Voici le 3e et dernier article de la série rédigée pour présenter la transformation entre 2008 et 2018.

Évolution de Syntec Informatique à Syntec Numérique

Voici le deuxième article de la série rédigée pour présenter la transformation entre 2008 et 2018.

Pour ceux qui le souhaitent, voici le lien du 1er article.

Reconversion professionnelle des femmes dans les métiers du numérique : engageons-nous !

17.05.2019

Lors de Viva Technology, 44 entreprises ont signé « Le Manifeste pour la reconversion des Femmes dans les métiers du numérique » initié par Syntec Numérique et Social Builder, en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances et du Ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du numérique.

Renaissance Numérique et Syntec Numérique appellent à se saisir de la révolution des données dans un ouvrage inédit

14.05.2019

Les données rebattent les cartes de notre économie et de notre société, et redistribuent les jeux de pouvoirs au sein de nos organisations et entre pays. Mais cette mise en données du monde est une réalité qui n’est pas toujours bien maîtrisée, y compris par ceux qui doivent lui donner un cadre. Face à ce constat, l’organisation professionnelle Syntec Numérique et le think tank Renaissance Numérique ont réuni leurs expertises pour offrir des clés de compréhension sur cette transformation avec le livre Tous acteurs des données. Appréhender les données pour mieux les valoriser, publié ce mardi 14 mai.