Retour aux actualités
20 nov 2014

Une évolution dangereuse de la directive Sécurité des réseaux et des infrastructures

Syntec Numérique met en garde le Conseil européen contre une directive dangereuse pour la cyber-sécurité de l’Union Européenne

main d'un homme sur un serveur protégé

La formation « Télécoms, transports, énergie » du Conseil européen se réunira le 27 novembre prochain. Elle aura notamment à son ordre du jour la directive « Sécurité des réseaux et des infrastructures », qui vise à augmenter le niveau de cyber-sécurité des Etats membres de l’Union européenne.

Cette directive a été votée en mars 2014 au Parlement européen, en se concentrant sur les entités présentant le plus de risques : les opérateurs d’infrastructure critique, au sein desquels un incident peut avoir des conséquences majeures pour la santé publique, l’économie ou la sécurité. Elle comprend des dispositions que Syntec Numérique a accueillies très favorablement, et qui permettront aussi bien de créer une vraie force de cyber-sécurité que d’augmenter l’attention sur les cyber-menaces.

Cependant, le Conseil européen souhaite aujourd’hui élargir le champ de cette directive aux entreprises de la société de l’information et aux acteurs de l’Internet. Cet élargissement met en péril l’architecture de la cyber-sécurité et l’attractivité économique de toute l’Europe en entrainant notamment :

  • Un détournement des ressources nécessaires aux opérateurs d’importance vitale (OIV) vers les services de messagerie entre particuliers, les réseaux sociaux et les jeux en ligne ;
  • Des obligations supplémentaires pour les petites entreprises face aux nouveaux standards locaux alors même que des standards internationaux, telles que les normes ISO 27000, ont prouvé leur efficacité. 

« Bien que la France soutienne l’élargissement du champ de cette directive, nous nous opposons fermement à cette évolution. En confondant protection des données et cyber-sécurité, cette extension ouvre la porte à la « balkanisation » d’Internet et risque d’isoler notre espace économique. Les entreprises du numérique pressent le gouvernement français de ne pas sacrifier le « cyber espace » des français pour des motifs politiques. Il doit au contraire promouvoir, le 27 novembre prochain, une approche globale, basée sur le risque, permettant ainsi à l’ensemble de l’Europe d’évoluer en sécurité et en confiance dans le numérique » commente Laurent Baudart, délégué général de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Résultats du sondage « Numérique & Post Covid-19 »

26.06.2020

A l’occasion de son etalk « Numérique : de quoi les Français ont-ils vraiment besoin » qui s’est tenu en direct de Paris le 24 juin, Syntec Numérique a dévoilé les résultats du sondage « Numérique et post Covid-19 » réalisé avec YouGov France. L’enseignement le plus parlant : 46% des Français se disent prêts à se reconvertir à un métier du numérique. Pourtant, force est de constater qu’un manque de formation les en empêcherait probablement.

REPLAY de notre e-talk NUMÉRIQUE : DE QUOI LES FRANÇAIS ONT-IL VRAIMENT BESOIN ?

25.06.2020

E-TALK "NUMÉRIQUE : DE QUOI LES FRANÇAIS ONT-IL VRAIMENT BESOIN ?" REPLAY ici https://www.evalba.com/sn/

Mercredi 24 juin – 8h30 à 9h30

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.

Grand Angle ESN & ICT : l’enquête de référence pour valoriser les ESN et les ICT, acteurs incontournables de la transformation numérique !

Syntec Numérique et KPMG lancent pour la 3ème année consécutive l’enquête Grand Angle et le classement annuel des entreprises du numérique.

Cette année marque une nouveauté importante avec l’intégration des sociétés de conseil en technologies (ICT). Afin de faire écho à l’actualité, le questionnaire tient compte de la crise liée au Covid-19.