Retour aux actualités

Plus de 4 Français sur 10 sont prêts à adopter des services financiers alternatifs selon le sondage Syntec Numérique Odoxa

Les services bancaires sur Internet, le paiement mobile et le « crowdfunding » sont trois des principales familles d’applications de la « FinTech » (technologies de la finance). En plein boom, ce secteur économique pousse aujourd’hui les banques traditionnelles à prendre le virage du numérique et à se réinventer.

transformation numérique, homme devant un écran digital

Syntec Numérique et l’institut de sondage Odoxa ont interrogé la population sur ces nouveaux usages. S’ils ont encore besoin d’être convaincus du niveau de sécurité de ces technologies, les Français se déclarent prêts à y recourir.

Les Français et les « FinTechs » 

  • 42 % des Français sont prêts à adopter des services bancaires en ligne ne s’appuyant pas sur un établissement physique
  • Pour 49 % des Français, la disparition des nombreuses « paperasses » administratives constitue le principal avantage des « FinTechs »
  • Pour 58 % des personnes interrogées la crainte se positionne sur la confidentialité des données, notamment s’il s’agit de données bancaires

« Banque, assurance, investissement, gestion d’actifs, paiement, conseil… L’ensemble des services financiers sont désormais couverts par des startups utilisant des modèles opérationnels, technologiques ou économiques innovants, qu’elles ciblent des particuliers ou des entreprises. En France, le foisonnement de ces entreprises de la « FinTech » est tel que 36 d’entre elles se sont récemment regroupées en une association - « France FinTech » - ¬visant à assurer leur promotion auprès des pouvoirs publics, des médias, des investisseurs et des acteurs historiques du secteur. La démarche est bienvenue à plusieurs titres. D’abord parce qu’elle permettra aux grands réseaux bancaires de mieux identifier les germes de la profonde transformation numérique qui s’opère dans leur secteur, avec l’aide des entreprises du numérique. Ensuite, parce qu’elle facilitera le dialogue avec le législateur et le régulateur, ainsi que la pédagogie auprès des médias et de nos concitoyens, encore méfiants vis-à-vis de ces innovations » commente Muriel Barnéoud, Présidente du Collège éditeurs de Syntec Numérique.

A lire également sur notre site

Évolution de Syntec Informatique à Syntec Numérique

Voici le 3e et dernier article de la série rédigée pour présenter la transformation entre 2008 et 2018.

Évolution de Syntec Informatique à Syntec Numérique

Voici le deuxième article de la série rédigée pour présenter la transformation entre 2008 et 2018.

Pour ceux qui le souhaitent, voici le lien du 1er article.

Lettre fiscale de novembre 2018

Téléchargez les dernières actualités fiscales