Retour aux actualités
Publié par
10 déc 2018

Open source : grande enquête 2018 "quelles perspectives pour le marché du travail ?"

Une filière créatrice d’emplois, des cursus de formation initiale à étoffer et une marque employeur à développer. Découvrez les enseignements de l'étude menée à l'initiative de Syntec Numérique, Systematic Paris, et CNLL.

OPEN SOURCE

A l’initiative du CNLL, de Syntec Numérique et de Systematic Paris Region, le cabinet d’études Katalyse a interrogé 350 étudiants, une centaine de jeunes diplômés et une centaine d’entreprises, au quatrième trimestre 2018, pour mieux comprendre les attentes des employeurs de l’open source, leurs difficultés de recrutement et de fidélisation, mais aussi la perception du secteur par les futurs candidats et les jeunes salariés. Les principaux résultats de cette étude ont été présentés à l’occasion du Paris Open Source Summit, organisé les 5 et 6 décembre aux Docks de Paris.

L’open source, une filière créatrice d’emplois : avec un taux de croissance annuel moyen de 6,2 % entre 2017 et 2021, les effectifs de l’open source devraient atteindre les 70 000 emplois en 2021. En 2018, la filière compte 39 700 salariés (ETP) chez les offreurs de services et éditeurs de logiciels libres (dont 4 600 chez les “pure players”) et 18 700 salariés (ETP) chez les grands utilisateurs. L’an prochain, 8 200 postes seront à pourvoir dans l’ensemble de l’écosystème open source (4 000 créations de postes nettes), dont un millier chez les pure players (500 créations nettes) et 88 % dans des métiers de production numérique – notamment de développeurs et d’architectes, avec un besoin croissant de compétences en data science, sécurité, IoT/géolocalisation, frameworks et UI/UX.

Des difficultés de recrutement et de management : les acteurs de l’open source rencontrent des difficultés pour embaucher de jeunes diplômés qui représentent 60 % de leurs recrutements.

Les candidats de niveau bac+5 représentent 61% des recrutements, suivis des bac+3 (19 %), et des docteurs (13 %, principalement dans de nouveaux métiers comme l’IA ou la data science). Les recruteurs ne recherchent pas nécessairement des candidats issus de formations spécialisées en open source (37% des recrutements prévus), et restent ouverts aux profils issus de formations généralistes du numérique, l’expertise et le savoir-être primant souvent sur la formation d’origine et des compléments de formations pouvant être apportés au sein de l’entreprise.

Proposer des projets ambitieux et développer la marque employeur pour mieux fidéliser. Observant un turn-over de 15 % (11% pour les pure players), les employeurs de l’open source sont de plus en plus attentifs aux attentes des jeunes diplômés qui recherchent d’abord des projets ambitieux, avec un rayonnement international et une anticipation des évolutions technologiques. La taille de l’entreprise n’est pas une préoccupation première. En revanche, l’employeur se doit de favoriser une ambiance conviviale, une organisation flexible du travail et le développement des compétences.

Pour les étudiants interrogés, l’open source évoque d’abord des valeurs – communauté, liberté, ouverture – mais aussi la possibilité de création et d’innovation. L’utilisation de l’open source est associée à certains produits – navigateur, traitement de texte, progiciels, IA, cloud, blockchain, big data, IoT… -, tout en étant moins connue pour des applications du quotidien, comme les réseaux sociaux.

Une formation initiale encore décorrélée des attentes des étudiants et des entreprises : un quart des étudiants interrogés (24 %) ont reçu au moins un cours sur l’open source, et seuls 5 % estiment avoir réellement reçu une formation spécifique. Ils attendent prioritairement une formation initiale en langages et outils de développement (57 %) et en infrastructure (38 %). Chez les jeunes salariés, 20 % sont des autodidactes et 22 % s’appuient sur des formations continues.

Découvrez l'infographie et le communiqué de presse complet.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Syntec Numérique lance ses Petits-déjeuners IA

Parce qu'il est capital que chacun puisse prendre toute la mesure des opportunités qu'offre l'IA, Syntec numérique vous convie à échanger une fois par mois sur les défis de ces technologies et les pistes pour les relever.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national.