Retour aux actualités

Reine Essobmadje, Femme du numérique et bénévole pour ICT4MDG

Découvrez le portrait de Reine Essobmadje

Reine Essobmadje

Femmes du Numérique : Pour commencer, quelle est votre définition du « numérique » ?

Reine Essobmadje : Le numérique est l’ensemble des techniques et technologies de l’information et de la communication appliquées de façon transverse à divers secteurs d’activités pour le développement durable et inclusif.

FDN : Les femmes, une opportunité pour le numérique. Le numérique, une opportunité pour les femmes. Qu’en pensez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi ce secteur ?

RE : Je travaille comme consultante internationale en TIC. Ingénieur de formation, j’interviens en conseil, stratégie et assistance technique à maitrise d’ouvrage pour :

  • Les acteurs du secteur (ministères en charge de l’économie numérique, régulateurs ou opérateurs télécoms et FAI)
  • Les bénéficiaires du secteur (clients finaux de types banques, etc. pour l’implémentation de solutions technologiques)

FDN : En plus de votre activité professionnelle, vous être engagée bénévolement dans une action sociale ou humanitaire. Comment conciliez-vous les deux ? Cela participe-t-il à votre équilibre ?

RE : Il n’y a pas en réalité de rupture entre mes activités professionnelles et bénévoles. Que ce soit dans les associations dont je suis membre (ou fondatrice) ou en intervention ponctuelle pour d’autres associations (compétition entreprenariat élèves de 3e de Suresnes du Lions Club, intervention pour Femmes ingénieures), je m’engage pour la jeunesse qui crée et innove à l’échelle internationale. Une touche d’espoir qui permet de motiver les jeunes et en particulier les filles. J’essaie de leur transmettre l’envie de se battre et de prendre en main leur destin pour marquer ce siècle. En retour, leur énergie et leur caractère positif me poussent à aller encore de l’avant.

FDN : Présentez-nous l’association dans laquelle vous être investie. Quelle est son action ? Quelle y est votre mission ?

RE : ICT4MDG est une association à but non lucratif qui promeut les TIC pour les OMD (objectifs du millénaire pour le développement). Notre objectif est de vulgariser et promouvoir les TIC au travers des programmes innovants tels que journées TIC qui sont organisées depuis 2010, les Hack4Cause, etc. Notre crédo est le développement inclusif par l’innovation technologique. L’association est enregistrée en France et au Cameroun et couvre les deux continents.

Notre Vision :

  • Créer les Silicon Valley
  • Etre un vivier de références (techniques, humaines et professionnelles) en matière de TIC
  • Etre un acteur, une force de proposition au sein des administrations et autres décideurs institutionnels.
  • Accompagner la mise en œuvre de solutions technologiques écoresponsables
  • Favoriser l’innovation, l’entreprenariat et l’intégration des femmes dans les STEM

Nous œuvrons pour :

  • Promouvoir le développement inclusif par l’usage des TIC
  • Promouvoir l’entreprenariat digital
  • Promouvoir l’autonomisation des populations en zone rurale
  • Réduire le fossé numérique entre hommes et femmes
  • Donner à la jeunesse des outils de développement et l’appropriation de la technologie par l’usage

FDN : Au travers de votre activité professionnelle mais aussi de votre vie personnelle et associative, comment défendez-vous l’égalité femme-homme ?

RE : The Economist a publié un article sur le « power of parity » qui en résumé souligne le pouvoir de la parité en expliquant son impact positif sur la création de richesse au niveau mondiale. Dans le domaine du numérique, attirer de plus en plus de femmes est un atout pour l’innovation, la créativité, la diversité du secteur.

C’est aussi un formidable outil de promotion du rôle de la femme dans la société et de la prévention contre les violences. Pour ce faire, notre association démystifie la technologie en prouvant aux jeunes filles que l’on peut être moderne, intelligente, tout en étant intelligente et travaillant dans un secteur que la société qualifie de masculin. Nous encourageons les jeunes filles à se lancer dans les filières techniques et scientifiques mais aussi dans l’entreprenariat tout en faisant fi des stéréotypes.

FDN : Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme qui hésite à travailler ou à créer son entreprise dans le secteur du numérique ?

RE : « La meilleure façon de prédire l’avenir est de le créer. » Peter Drucker

Biographie

Reine Essobmadje est la fondatrice d’Evolving Consulting, Cabinet de Conseil, Formation et services transactionnels dans les TIC « technologies de l’information, de la communication et des télécommunications». Evolving Consulting est basé en France avec une filiale au Cameroun et opère en Europe et en Afrique.

Elle est titulaire d’un Executive MBA de l’IE Business School (incluant un programme d’échange avec Singapore Management University), d’un diplôme d’ingénieur de l’ECE Paris (incluant un programme d’échange avec Stafford University en UK) et d’un BTS en Informatique industrielle, et s’est très tôt spécialisée dans l’économie, la stratégie et la régulation des télécoms, en conseillant secteur privé et public dans l’élaboration de politiques sectorielles, la cyberstratégie le déploiement de solutions technologiques innovantes.

Avec une double culture franco-camerounaise, Reine milite en faveur des TIC pour le développement et pour une meilleure prise en compte des potentialités de l’économie numérique. Elle est aussi la promotrice des journées TIC lancées en 2010, des Hack4Cause (sessions de développement d’applications pour les jeunes et les filles) via l’association ICT4MDG dont elle est la co-fondatrice.

A la fois chef d’entreprise et militante de la diversité et du genre, cette scientifique est membre des organisations suivantes pour lesquelles entre autres elle rédige des articles sur les thèmes de la femme, l’entreprenariat, l’ingénierie, le rôle de la diaspora dans le développement : INWES (International Network of Women Engineers and Scientists), FMOI - WIE Comité (Fédération Mondiale des organisations d’ingénieur –Women In Engineering), Club 21e Siècle.

En tant que consultant international et expert UN, elle a conduit les études suivantes :

  • Assistance Technique au Ministère des Postes du Burundi pour une étude tarifaire sur les régimes d’interconnexion au titre d’Expert de l’UIT (Union Internationale des Télécommunications)
  • Consultant Banque Mondiale pour la Cyberstratégie et les PPP TIC au Congo
  • Formatrice Banque Mondiale sur le cadre juridique et réglementaire au CamerounConsultant Banque Mondiale pour l'élaboration d'un régime juridique et réglementaire du Haut débit au Congo

twitter - Google + - Linkedin - Youtube - Site web

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Signature de la charte d’engagement pour la #mixité

Syntec Numérique a signé le protocole d’accord pour la mixité, l’emploi des femmes et la formation dans la filière du numérique

Le numérique, des études pour les femmes

Lors de la quatrième édition du trophée excellencia récompensant 8 lauréates, Gender Scan et Syntec Numérique ont dévoilé une enquête menée auprès de 547 répondants étudiants répondants.

Syntec Numérique lance ses Petits-déjeuners IA

Parce qu'il est capital que chacun puisse prendre toute la mesure des opportunités qu'offre l'IA, Syntec numérique vous convie à échanger une fois par mois sur les défis de ces technologies et les pistes pour les relever.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national.