Retour aux actualités
19 déc 2013

StartUp42, un nouvel accélérateur de jeunes pousses, au concept innovant !

Avec plus de 300 start-up en son sein, Syntec Numérique s’intéresse légitimement à leurs besoins et leurs problématiques spécifiques. Syntec Numérique se félicite notamment de l’existence d’un bon réseau d’incubateurs leur permettant de croître dans les meilleures conditions. Le dispositif mis en place par StartUp42, un nouvel accélérateur de jeunes pousses, est significatif d’une réponse pertinente à leurs préoccupations, en insistant sur les aspects techniques et la prise en compte du marché.

conférence

StartUp42, mettre au centre l’expertise technique et valider par le marché le bienfondé de sa démarche 

Cet accélérateur est issu de la rencontre entre M. Jarjoura,  ancien de l’EPITA et à l’époque professeur de marketing/business au sein de l’école, et la volonté de cette école de relancer un projet d’incubateur en son sein. Suite à un benchmark des pratiques existantes en matière de programmes d’accéleration (notamment aux Etats-Unis), M. Jarjoura avait fait le constat que les dispositifs français étaient peu adaptés aux projets portés par des ingénieurs et qu’il y avait un cruel manque en matière d’expertise technique dans ces structures. Ainsi est né Startup42, accélérateur de start-up numériques à but non lucratif, sous statut d’association loi 1901, dont le but est d’accélerer les projets portés par des ingénieurs et des scientifiques pendant une période d’incubation de 4 mois.

La spécificité de StartUp42 est de selectionner des projets en général à l’état de bonne idée ou de prototype. L’objectif de cette incubation est notamment de réaliser une première version du produit et d’obtenir une validation par le marché du bienfondé de la démarche. L’association met à disposition ses ressources, de potentiels clients et des indicateurs pour valider la démarche,  autour de quatre prestations principales:

  • Mise à dispostion d’une expertise technique, grâce à ses relations privilégiés avec l’Epita, son réseau d’anciens élèves et les associations techniques qui gravitent autour de l’école
  • Accés à l’écosystème de l’innovation : Investisseurs publics tels que la BPIFrance, scientipôle, les syndicat professionnels, de grandes entreprises (…)
  • Accés à un mentorat dit « de la rencontre ». Plus de 60 entrepreneurs, cadres exécutifs et experts thématiques  vont rencontrer les startups à raison de 4 à 6 évènements par semaine, maximisant ainsi la possibilité de rencontrer des personnes intéressées par le projet
  • Prise en charge partielle du volet administratif, de l’hébergement, et la possibilité d’utiliser des services et avantages pouvant représenter jusqu’à 200 000 Euros par entreprise.

Le dispositif mis en place est gratuit pour les entreprises et les projets choisis, sans prise de participation au capital. Il est financé par des sponsors du monde éducatif (EPITA), des grands groupes (Econocom, France Télevision, Salesforce.com) et même d’autres start-up (OpenDataSoft). En échange, les projets de ces entreprises sont promus au sein de la communauté animée par l’assocation. Le budget 2013 s’élevait à 100 k€ et devrait croître en 2014 pour s’établir à 200 k€ via le recrutement de nouveaux sponsors.

 

StartUp42, des promotions réduites et un recrutement selectif sur des projets techniques innovants

L’association accueille ainsi deux promotions par an, sur une période de 4 mois. L’actuelle promotion compte 7 lauréats, selectionnés parmi près d’une quarantaine de candidatures venant de tous horizons (écoles d’ingénieurs ou d’expertise, écoles de commerce, université…)

Un des critères essentiels pour accéder à cette incubation est la présence d’un ingénieur et/ou d’un développeur au sein de l’équipe porteur du projet.  En effet, StartUp42 souhaite mettre en avant l’innovation technique, et non pas les innovations en terme de services ou d’usage, et privilégie donc ces profils. Il convient également aux porteurs de projets de proposer une utilisation dans le numérique (Soft-,hard- et infra) qui résolve un problème clairement identifié. Daniel Jarjoura, le directeur de StartUp42, insiste également sur l’état d’esprit qui doit animer le porteur de projet, un esprit « hacker » selon lui, i.e débrouillard et entrepreneunarial.

Au-delà, la procédure de recrutement est simple et consiste tout d’abord en un premier dossier en anglais à remplir présentant les porteurs de projet individuellement, l’équipe dans son ensemble et le projet en lui-même. Un comité de sélection sélectionne alors les 13 meilleurs dossiers, qui seront présentés devant un jury  de professionnels issu de part égal du monde des start-up et des grandes entreprises, et présidé par le directeur de l’Epita.

 

StartUp42, une stratégie de réseau, une internationalisation progressive

Startup42 s’appuie dans son développement et son fonctionnement sur une logique de réseau. L’association s’est impliquée ainsi, notamment par le biais de sponsoring, dans des événements de type « hackathon » et week-end créatifs. Cela lui permet d’identifier des projets intéressants, mais également de s’assurer une bonne visibilité auprés des écoles d’ingénieur ou d’expertise. Ainsi, StartUp42 démontre sa volonté de s’ouvrir à l’ensemble de l’écosystème, et dépasser le réseau déjà conséquent de l’EPITA. Dans une même logique, M. Jarjoura  souhaite poursuivre le développement de l’association en ayant une action spécifique à destination des labos de R&D pour promouvoir l’esprit d’entreprise en leurs seins.

Le deuxième axe de cette stratégie consiste en le développement d’une démarche d’internationalisation, notamment par le biais d’un rapprochement avec le Global Accelerator Network dont StartUp42 est le seul représentant français. L’objectif est clairement de devenir l’accelerateur technique leader et de référence en Europe. A terme, Startup42 se propose de développer un système équivalent au programme Erasmus pour les étudiants, afin de faciliter les échanges et incubation au niveau européen, pour que nos entrepreneurs aient  dés le début une vision globale,  tournée vers l’international.

 

Retour d'expérience de l'entreprise Motionlead - Première promotion de Startup42

M. Querou est le dirigeant-fondateur de Motionlead, une jeune société dans le secteur de la publicité mobile, fournissant une technologie permettant d'afficher des publicités animés et interactives aux seins d’applications mobiles. M. Querou a participé à la première promotion de Startup42, structure découverte grâce à son cursus au sein de l’EPITA. Suite à une première réussite entrepreneuriale, les objectifs de M. Queriou étaient clairs lors de son inscription : obtenir un suivi personnalisé du projet, des retours d’expérience et une ambiance dynamisante.

Les résultats furent largement atteints selon M. Querou, puisque sa participation au programme lui a apporté beaucoup d'aides sur le plan du développement commercial et de la structuration du projet. Ces quatre mois intensifs lui ont permis d’éviter certains écueils, de trouver le bon marché à adresser et d’arriver bien plus rapidement à une certaine maturité .

M. Querou relève que Startup42 est un incubateur qui met énormément en avant la technique et le développement produit. Le but est vraiment de créer un produit viable en 4 mois, commercialisable, au-delà des phases traditionnelles de préparation du business plan et de levée de fonds. M. Querou insiste sur l’apport essentiel du développement d'un prototype à moindre coût lorsque l'on lance un nouveau produit, afin de tester la réaction du marché rapidement et d'adapter son produit au fur et à mesure des retours que l'on reçoit.

Suite à cette incubation, Motionlead a pu valider le prototype sur le marché Français et est entrain de contracter avec des grands comptes du marché. En même temps, de très belles opportunités se sont ouvertes pour l’entreprise sur le territoire américain que Monsieur Querou prospectera pendant 3 mois dès janvier !

 

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Reconversion professionnelle des femmes dans les métiers du numérique : engageons-nous !

17.05.2019

Lors de Viva Technology, 44 entreprises ont signé « Le Manifeste pour la reconversion des Femmes dans les métiers du numérique » initié par Syntec Numérique et Social Builder, en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances et du Ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du numérique.

Renaissance Numérique et Syntec Numérique appellent à se saisir de la révolution des données dans un ouvrage inédit

14.05.2019

Les données rebattent les cartes de notre économie et de notre société, et redistribuent les jeux de pouvoirs au sein de nos organisations et entre pays. Mais cette mise en données du monde est une réalité qui n’est pas toujours bien maîtrisée, y compris par ceux qui doivent lui donner un cadre. Face à ce constat, l’organisation professionnelle Syntec Numérique et le think tank Renaissance Numérique ont réuni leurs expertises pour offrir des clés de compréhension sur cette transformation avec le livre Tous acteurs des données. Appréhender les données pour mieux les valoriser, publié ce mardi 14 mai.

Le marché de l'emploi cadre dans le secteur informatique : 2eme semestre 2018

Les prévisions de recrutement de cadres sont particulièrement favorables dans les activités informatiques