Retour aux actualités
6 oct 2015

Suspension du « Safe Harbor » par la CJUE : quelles conséquences pour les entreprises européennes ?

Ce matin, La Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a suivi les conclusions de son avocat général dans l’affaire Schrems contre Facebook. Elle invalide le « Safe Harbor », un cadre juridique qui encadre l’utilisation des données des citoyens européens par les entreprises américaines.

drapeaux européens devant le parlement

Créé en 2000, le « Safe Harbor » est remis en cause depuis quelques années, et particulièrement depuis les révélations Snowden. Dans cette lignée, l’étudiant Maximilien Schrems avait ainsi intenté une action contre la CNIL irlandaise qui refusait d’enquêter sur le transfert des données personnelles des utilisateurs européens de Facebook vers les Etats-Unis. Cette affaire s’était ensuite poursuivie devant la CJUE dont l’avocat général avait alors demandé dans ses conclusions la suspension du « Safe Harbor » et affirmé que les autorités nationales de protection de données étaient compétentes pour remettre en question sa validité. Des conclusions validées ce matin par la CJUE.

Syntec Numérique a engagé des actions pour la défense des intérêts des adhérents concernés, conséquences pour les entreprises européennes, freins pour une innovation européenne, incertitudes juridiques...

« Il ne fait aucun doute que le Safe Harbor est largement perfectible. Il est d’ailleurs en cours de révision. Nous craignons toutefois que sa suspension ait des conséquences dramatiques pour l’ensemble des entreprises européennes. Cette décision risque de mettre en péril l’intégralité des échanges entre l’UE et son premier partenaire économique », commente Laurent Baudart, délégué général de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Libre circulation des données : l’Europe se dote d’un « espace Schengen » de la donnée

20.06.2018

Le règlement européen sur la libre circulation des données non personnelles a été définitivement validé par les Etats et le Parlement européen. Avec le RGPD qui prévoit la circulation des données personnelles, l’Union européenne achève ainsi la mise en place d’un « espace Schengen de la donnée », consacrant la cinquième liberté en Europe après celle des personnes, des biens, des services et des capitaux. Une réforme majeure pour le marché unique numérique.

Directive sur le droit d’auteur : alerte pour les intermédiaires techniques

09.11.2017

Dès la présentation du projet de directive sur le droit d’auteur en septembre 2016, les organisations professionnelles du numérique avaient alerté sur le risque de brèche dans le statut d’hébergeur. Alors que les travaux avancent au niveau européen, Syntec Numérique, l’Association des Services Internet Communautaires (ASIC), France Digitale et Tech In France souhaitent faire part de leur vive inquiétude compte tenu des discussions actuelles autour de l’article 13 de cette proposition de directive.

Reconversion professionnelle des femmes dans les métiers du numérique : engageons-nous !

17.05.2019

Lors de Viva Technology, 44 entreprises ont signé « Le Manifeste pour la reconversion des Femmes dans les métiers du numérique » initié par Syntec Numérique et Social Builder, en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances et du Ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du numérique.

Renaissance Numérique et Syntec Numérique appellent à se saisir de la révolution des données dans un ouvrage inédit

14.05.2019

Les données rebattent les cartes de notre économie et de notre société, et redistribuent les jeux de pouvoirs au sein de nos organisations et entre pays. Mais cette mise en données du monde est une réalité qui n’est pas toujours bien maîtrisée, y compris par ceux qui doivent lui donner un cadre. Face à ce constat, l’organisation professionnelle Syntec Numérique et le think tank Renaissance Numérique ont réuni leurs expertises pour offrir des clés de compréhension sur cette transformation avec le livre Tous acteurs des données. Appréhender les données pour mieux les valoriser, publié ce mardi 14 mai.