Retour aux actualités
Publié par
3 avr 2018

Syntec Numérique présente ses grands chantiers 2018

Après une année politique charnière, marquée par des succès significatifs, Syntec Numérique poursuit son action, déterminante pour son écosystème, en hissant trois nouveaux chantiers au cœur de ses actions pour 2018. 

actualité du syndicat syntec numérique

En accueillant plus de 300 nouvelles entreprises en 2017, Syntec Numérique confirme sa force de frappe et sa représentativité sur le secteur numérique français. Avec aujourd’hui plus de 2 000 membres, dont 450 startups, la chambre professionnelle démontre également sa capacité à fédérer autour d’elle et à défendre avec énergie les intérêts de tous les acteurs, de toutes tailles, de la profession. Après une année politique charnière, marquée par des succès significatifs, Syntec Numérique poursuit son action, déterminante pour son écosystème, en hissant trois nouveaux chantiers au cœur de ses actions pour 2018. 

Syntec Numérique en synthèse…

  • Plus de 2000 adhérents : 1 000 PME, 850 startups et TPE, 30 grands groupes, 120 ETI 11 Délégations Régionales50% de membres en région.
  • Plus de 300 nouveaux membres en 2017 dont 160 startups, plus de 50 nouveaux membres depuis janvier.
  • Plus de 450 startups au total, dans le programme #5000startups
  • Parmi les nouvelles startups : 360Smartconnect, A.I.Mergence, Blockchain Strategists, ContractChain, Esanté Solutions, My Intelligence Agency, Yulpa, Zenmoov…
  • Parmi les sociétés emblématiques arrivées en 2017 : Dailymotion, Axians, ProwebCE, IFS France, CBA, Lenovo, Webhelp,…
  • Nouveaux membres collectifs : Digital League, ALIPTIC, AOTA, NWX, CIP…
  • Depuis début 2018, près de 100 nouveaux membres nous ont rejoints dont Uber et Sage et dont 42 startups.

Les 3 grands chantiers de Syntec Numérique pour 2018

  • La révolution des données

L’économie de demain sera nourrie par les données. Tout le monde donne son avis sur leur collecte, leur stockage, leur traitement : la Commission européenne, les Etats, les parlementaires, les autorités de régulation, les acteurs privés… et pourtant, beaucoup n’en saisissent pas encore l’enjeu global considérable, sans parler des impacts techniques et juridiques. 

Au-delà du RGPD, qui entrera en vigueur en mai prochain, d’autres débats législatifs vont se poursuivre en 2018 : au niveau européen, l’ePrivacy et la libre circulation des données ; en France, la modernisation de la loi informatique et libertés.

Compte tenu de la multiplicité des débats et des acteurs impliqués, Syntec Numérique a donc décidé de lancer une initiative majeure intitulée « le grand débat de la donnée ».

Trois débats, en présence de personnalités emblématiques :

- Le 13 mars : « Données personnelles : comment les protéger et continuer à innover ? »

Pour visionner le replay du débat, rendez-vous ici

Pour télécharger la note de synthèse, rendez-vous ici

- Le 4 avril : « Données publiques : quels nouveaux modèles pour quels nouveaux services » ? »

- Le 15 mai : « Economie de la donnée : quels modèles économiques dans le monde de la donnée ? »

Pour consulter le programme de ces deux prochaines dates, merci de cliquer ici

  • La reconversion et la formation professionnelle

Les nouvelles technologies vont continuer à transformer les métiers de chacun et dans tous les secteurs. Les entreprises vont devoir s’adapter, repenser et réinventer les métiers et les qualifications de leurs équipes. Les individus vont changer de secteur d’activité pour exercer d’autres métiers. Pour relever cet immense défi, il faut donc réussir la réforme de la formation professionnelle. Syntec Numérique est totalement engagé dans le chantier lancé par le gouvernement.

La chambre professionnelle va notamment participer activement au débat public en faisant des propositions visant à favoriser les mobilités professionnelles sur les métiers du numérique, développer des offres de formation et des moyens d’accompagner les parcours professionnels, ou encore réfléchir à l’usage du numérique au service de la formation tout au long de la vie.

  • La modernisation du dialogue social

Syntec Numérique travaille avec la Fédération Syntec à la mise en place d’un cadre conventionnel, sécurisé, modernisé et « agilisé » répondant aux besoins des entreprises quelle que soit leur taille.

 

« Syntec Numérique, c’est aujourd’hui plus de 2 000 membres, et nous nous réjouissons de cette forte représentativité ! Ce nouveau cap confirme notre dynamisme et notre position de premier syndicat professionnel de l’écosystème numérique français, des jeunes pousses aux PME, en passant par les ETI et grands comptes. Notre Programme #5000startups, déployé il y a bientôt 3 ans, est notamment un véritable succès qui fédère et accompagne aujourd’hui des centaines d’entreprises. Plus de 600 startups ont déjà bénéficié de ses avantages. Aux côtés de nos membres et fort de notre expertise, nous souhaitons pour 2018 relever de nouveaux défis, défendre une vision innovante du secteur numérique et poursuivre toutes nos actions pour soutenir avec ferveur sa transformation », commente Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique.

« Nous sommes plus que jamais motivés pour mener à bien ces grands chantiers que nous nous sommes fixés. Au-delà de ces défis, nous devons également placer 2018 sous le signe de l’adaptation de notre organisation au changement profond de notre environnement. Si la représentativité de Syntec Numérique sur nos métiers est incontestable, nous sommes régulièrement amenés à travailler avec un écosystème d’organisations partenaires. Nous devons aujourd’hui aller plus loin et fédérer l’ensemble des acteurs impliqués dans la révolution numérique » conclut Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Trophée des ESN 2019 : Découvrez les nommés !

Le Jury du Trophée des ESN 2019 s'est réuni le 17 juin dernier pour désigner deux nommés par catégorie. Le 5 septembre 2019, c'est vous, le public, qui désignerez les lauréats lors du Rendez-vous des ESN !