Retour aux actualités
Publié par
20 juin 2017

Syntec Numérique salue l’ambition numérique du Chef de l’Etat

C’est dans le cadre du salon numérique international « Viva Technology » (VivaTech), qui vient de clôturer sa deuxième édition à Paris, que le Président de la République a prononcé un discours fort sur l’entrepreneuriat et l’innovation qui doivent devenir l’aiguillon des grandes réformes à venir pour réussir la transformation numérique.  

Emmanuel Macron au salon Vivatech 2017 à Paris

Depuis plusieurs années, Syntec Numérique attire l’attention des pouvoirs publics sur l’ampleur de la vague de transformation que représente le passage à l’ère numérique pour notre pays tout en alertant sur l’inadéquation de nos systèmes d’éducation et de formation, d’un droit du travail insuffisamment agile, et d’une fiscalité décourageante pour l’innovation et l’entrepreneuriat.

Nous saluons tout particulièrement la mise en avant de l’esprit entrepreneurial dans ce processus de transformation et d’hyper-innovation, ainsi que le volontarisme politique au service de nos startups afin qu’elles puissent devenir les vecteurs de la croissance de demain.

A ce titre, nous ne pouvons que nous féliciter de la réforme de l’ISF qui ne pénalisera plus les fonds investis par les particuliers, dans les entreprises, les startups et l’innovation, et permettra au contraire de favoriser la prise de risque. Nous saluons également la réforme de la fiscalité du capital confirmée par le Président de la République dans la prochaine loi de finances, qui permettra, grâce à un prélèvement forfaitaire unique de 30 %, de revenir sur le régime dissuasif voté sous le quinquennat précédent qui a eu pour conséquence une fuite des capitaux et une pénalisation de l’investissement.

Comme l’a indiqué le Président de la République, il faut à la fois redonner des libertés de faire, de tenter, parfois d’échouer tout en créant de nouvelles protections qui soient adaptées au nouveau monde numérique, notamment en matière de protection des données personnelles ou de cybersécurité, afin de générer l’adhésion collective nécessaire.

Dans la mesure où les immenses enjeux du numérique ne peuvent être sérieusement traités qu’au niveau européen, Syntec numérique appellent de ses vœux la formalisation d’un marché unique numérique. Celui-ci doit permettre de relancer l’économie européenne en cessant de confiner les marchés en ligne dans leurs frontières nationales pour faire émerger des champions européens du numérique, seuls à même de concurrencer les grandes plateformes internationales.

La transformation numérique doit aussi aboutir à un changement de notre manière d’appréhender les enjeux sociaux. Ce ne sont plus les emplois qu’il faut protéger dans le cadre d’une économie statique mais ce sont les individus qu’il convient de préparer aux changements extrêmement rapides d’une économie en mutation, grâce à la refonte en profondeur du système de formation professionnelle. 

Quand près de 30 millions d’actifs seront appelés à s’approprier de nouvelles compétences pour se reconvertir ou s’adapter à de nouveaux usages et à de nouveaux services, notre système de formation professionnelle devra permettre à chacun de sécuriser son parcours. Notre proposition d’un compte épargne-formation universel piloté numériquement par chaque individu nous semble à ce titre l’outil indispensable.

Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique : « Nous partageons totalement le diagnostic du Président de la République sur l’ampleur que représente la transition numérique pour notre société. C’est bien un défi auxquels sont confrontés nos modèles, économiques et sociaux. De leur correcte « mise aux normes » numérique dépendra l’évolution vers un nouveau modèle de croissance serein et accepté par tous. »

A lire également sur notre site

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Trophée des ESN 2019 : Découvrez les nommés !

Le Jury du Trophée des ESN 2019 s'est réuni le 17 juin dernier pour désigner deux nommés par catégorie. Le 5 septembre 2019, c'est vous, le public, qui désignerez les lauréats lors du Rendez-vous des ESN !