Retour aux actualités
17 mai 2017

Syntec Numérique souhaite un gouvernement Macron 100% numérique

Syntec Numérique se félicite de la nomination d’un Secrétaire d’Etat chargé du Numérique directement placé auprès du Premier ministre et appelle l’ensemble du gouvernement d’Emmanuel Macron à se saisir de la transformation numérique.

Matignon nouveau gouvernement 2017

Alors que Syntec Numérique avait appelé pendant la campagne à rattacher le sujet du Numérique auprès du Premier ministre, la nomination de Mounir Mahjoubi en tant que Secrétaire d'Etat au Numérique auprès d’Edouard Philippe constitue un signal fort quant à la volonté du gouvernement d'Emmanuel Macron de s’emparer de ce sujet.

« Mounir Mahjoubi est un fin connaisseur de ces sujets, dont le talent sera précieux pour mettre en œuvre les mesures identifiées par Emmanuel Macron dans son programme pour réussir la transition numérique de la France » indique Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique.  

Au-delà de ce Secrétariat d’Etat au Numérique, Syntec Numérique appelle l’ensemble du gouvernement à s’emparer des sujets liés au numérique, afin que le quinquennat d’Emmanuel Macron qui s’ouvre soit celui de la transformation numérique du pays.

« La transformation numérique impacte notre secteur, mais aussi l’industrie, l’économie en général, le monde du travail, la défense, la santé, la ville, l’éducation ou encore la formation. Chaque ministre devra donc intégrer la révolution numérique dans son action » commente Godefroy de Bentzmann.

Enfin, Syntec Numérique se réjouit de la place accordée à l’Europe au sein du Gouvernement, avec la nomination de Jean-Yves Le Drian à l’Europe et aux Affaires étrangères, et celle de Marielle de Sarnez aux Affaires européennes.

« Syntec Numérique a défendu tout au long de la campagne l’importance d’une relance de la politique européenne de la France, afin que les grands chantiers tels que la construction d’un marché unique numérique et d’une économie européenne de la donnée puissent aboutir » conclue Godefroy de Bentzmann.

Syntec Numérique se tient à la disposition de ce nouveau gouvernement pour engager sans attendre les actions nécessaires à la transition numérique de la France. 

Pour rappel, Syntec Numérique avait formulé une série de propositions pour placer le numérique au cœur de la campagne présidentielle :

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Publication du second baromètre des pratiques Green IT des entreprises

17.11.2017

L'Alliance Green IT (AGIT) a publié la seconde édition du baromètre des pratiques Green IT des entreprises en France. Cette étude permet aux entreprises de mesurer leur niveau de maturité en terme de mise en œuvre des bonnes pratiques et de se positionner par rapport aux moyennes observées. Il s'agit du premier outil neutre et indépendant sur le sujet, donnant la possibilité aux entreprises de faire évoluer leurs réflexions vers des solutions concrètes.

World Electronics Forum à Angers : Syntec Numérique au rendez-vous

30.10.2017

Le World Electronics Forum (WEF) s’est déroulé à Angers du 24 au 28 octobre, en parallèle de la Connected Week. Syntec Numérique est intervenu vendredi 27 octobre, aux côtés des professionnels du numérique et de l'électronique, pour aborder les grands enjeux pour le secteur dans les mois à venir.

Smart city : gadget ou création de valeur collective ?

22.11.2017

La Caisse des Dépôts, Syntec Numérique et les pôles de compétitivité Advancity et Systematic Paris-Region ont financé une étude initiée et réalisée par Citizing et OpenCitiz afin de répondre à la question de l’utilité des projets « smart ». A travers l’évaluation socio-économique de 5 projets « ville intelligente » concrets, cette étude réussit notamment à démontrer quantitativement que les projets « smart city » peuvent créer de la valeur collective.

Publication du second baromètre des pratiques Green IT des entreprises

17.11.2017

L'Alliance Green IT (AGIT) a publié la seconde édition du baromètre des pratiques Green IT des entreprises en France. Cette étude permet aux entreprises de mesurer leur niveau de maturité en terme de mise en œuvre des bonnes pratiques et de se positionner par rapport aux moyennes observées. Il s'agit du premier outil neutre et indépendant sur le sujet, donnant la possibilité aux entreprises de faire évoluer leurs réflexions vers des solutions concrètes.