Retour aux actualités
Publié par
11 oct 2019

Syntec Numérique soutient la proposition de l’OCDE en matière de fiscalité de l’économie numérique

L’OCDE a publié mercredi sa proposition d’approche unifiée afin de répondre aux enjeux du pilier 1 de BEPS (Base Erosion and Profit shifting)1. Cette proposition du Secrétariat soumise à consultation publique vise à concilier les différentes approches nationales et renouer le dialogue au sein de l’OCDE sur ce sujet hautement discuté.

Photo d'une déclaration de taxe sur la valeur ajoutée

Syntec Numérique a contribué à ces travaux à de nombreuses reprises, en s’appuyant sur quatre principes essentiels :

  • Il ne s’agit pas d’un enjeu sectoriel mais d’économie globale, facilitée par la diffusion des usages numériques. Il convient donc de repenser l’ensemble des règles internationales en matière fiscale.
  • La réponse devra permettre la mise en place d’une nouvelle clé de répartition des profits, de manière équitable entre les Etats, sans créer de taxation supplémentaire.
  • L’impôt devra être assis sur les profits et non sur le chiffre d’affaires.
  • La solution devra impérativement être globale et non nationale afin d’éviter les dommages sur l’économie locale en termes d’attractivité et de concurrence.

 

Pour ces différentes raisons, Syntec Numérique salue la proposition élaborée par l’OCDE, qui évite ces écueils et va dans le bon sens.

Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, a confirmé hier matin, lors d’un rendez-vous avec Syntec Numérique et Digital Europe, son souhait d’apporter de la stabilité et de la simplicité en réponse à ce problème international complexe. Syntec Numérique reste donc mobilisé pour avancer dans la construction de cette solution, au calendrier ambitieux.

1Le projet BEPS a permis d’élaborer un ensemble de mesures inédites que les États pourront mettre en œuvre en adaptant leur droit interne, en particulier pour renforcer les règles applicables aux sociétés étrangères contrôlées, suivre une approche commune pour limiter l’érosion des bases d’imposition liée à la déduction de charges d’intérêts, lutter contre les dispositifs hybrides utilisés pour obtenir une non-imposition des bénéfices au moyen d’instruments financiers complexes.

« Le Secrétariat de l’OCDE a réalisé un travail extrêmement complexe et précis afin de rapprocher et concilier les approches des différents Etats. Même si certains détails pratiques et techniques restent encore à préciser, il s’agit là d’une base de négociation concrète et constructive pour les mois à venir. » commente Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Bilan 2020 et perspectives 2021 : Impacté en 2020, le secteur du numérique devrait connaître une forte croissance en 2021

07.07.2021

Numeum, le premier syndicat de représentation de l’écosystème numérique en France, dévoile les résultats de sa première conférence semestrielle de l’année.

Alors que la croissance du secteur du numérique avait été fixée à +1% pour 2021, les estimations sont nettement revues à la hausse : +4,8% de croissance attendue sur l’année en cours.

La cybersécurité à l’honneur du 7ème petit déjeuner à l’Assemblée nationale

02.07.2021

Le 2 juillet 2021, à l’invitation de Valéria Faure-Muntian, députée de la Loire, et d’Amélia Lakrafi, députée des Français établis hors de France, Numeum a organisé le 7ème petit déjeuner numérique, cette édition portait sur le thème de la Cybersécurité

Etude Grand Angle ESN & ICT 2021 : c'est parti !

Répondez à l’enquête pour valoriser votre entreprise ESN ou ICT auprès de tout l’écosystème du numérique et apparaître dans le Classement 2021 !

Bilan 2020 et perspectives 2021 : Impacté en 2020, le secteur du numérique devrait connaître une forte croissance en 2021

07.07.2021

Numeum, le premier syndicat de représentation de l’écosystème numérique en France, dévoile les résultats de sa première conférence semestrielle de l’année.

Alors que la croissance du secteur du numérique avait été fixée à +1% pour 2021, les estimations sont nettement revues à la hausse : +4,8% de croissance attendue sur l’année en cours.