Retour aux actualités
Publié par
11 oct 2019

Syntec Numérique soutient la proposition de l’OCDE en matière de fiscalité de l’économie numérique

L’OCDE a publié mercredi sa proposition d’approche unifiée afin de répondre aux enjeux du pilier 1 de BEPS (Base Erosion and Profit shifting)1. Cette proposition du Secrétariat soumise à consultation publique vise à concilier les différentes approches nationales et renouer le dialogue au sein de l’OCDE sur ce sujet hautement discuté.

Photo d'une déclaration de taxe sur la valeur ajoutée

Syntec Numérique a contribué à ces travaux à de nombreuses reprises, en s’appuyant sur quatre principes essentiels :

  • Il ne s’agit pas d’un enjeu sectoriel mais d’économie globale, facilitée par la diffusion des usages numériques. Il convient donc de repenser l’ensemble des règles internationales en matière fiscale.
  • La réponse devra permettre la mise en place d’une nouvelle clé de répartition des profits, de manière équitable entre les Etats, sans créer de taxation supplémentaire.
  • L’impôt devra être assis sur les profits et non sur le chiffre d’affaires.
  • La solution devra impérativement être globale et non nationale afin d’éviter les dommages sur l’économie locale en termes d’attractivité et de concurrence.

 

Pour ces différentes raisons, Syntec Numérique salue la proposition élaborée par l’OCDE, qui évite ces écueils et va dans le bon sens.

Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, a confirmé hier matin, lors d’un rendez-vous avec Syntec Numérique et Digital Europe, son souhait d’apporter de la stabilité et de la simplicité en réponse à ce problème international complexe. Syntec Numérique reste donc mobilisé pour avancer dans la construction de cette solution, au calendrier ambitieux.

1Le projet BEPS a permis d’élaborer un ensemble de mesures inédites que les États pourront mettre en œuvre en adaptant leur droit interne, en particulier pour renforcer les règles applicables aux sociétés étrangères contrôlées, suivre une approche commune pour limiter l’érosion des bases d’imposition liée à la déduction de charges d’intérêts, lutter contre les dispositifs hybrides utilisés pour obtenir une non-imposition des bénéfices au moyen d’instruments financiers complexes.

« Le Secrétariat de l’OCDE a réalisé un travail extrêmement complexe et précis afin de rapprocher et concilier les approches des différents Etats. Même si certains détails pratiques et techniques restent encore à préciser, il s’agit là d’une base de négociation concrète et constructive pour les mois à venir. » commente Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.

Résultats du sondage « Numérique & Post Covid-19 »

26.06.2020

A l’occasion de son etalk « Numérique : de quoi les Français ont-ils vraiment besoin » qui s’est tenu en direct de Paris le 24 juin, Syntec Numérique a dévoilé les résultats du sondage « Numérique et post Covid-19 » réalisé avec YouGov France. L’enseignement le plus parlant : 46% des Français se disent prêts à se reconvertir à un métier du numérique. Pourtant, force est de constater qu’un manque de formation les en empêcherait probablement.

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.

Grand Angle ESN & ICT : l’enquête de référence pour valoriser les ESN et les ICT, acteurs incontournables de la transformation numérique !

Syntec Numérique et KPMG lancent pour la 3ème année consécutive l’enquête Grand Angle et le classement annuel des entreprises du numérique.

Cette année marque une nouveauté importante avec l’intégration des sociétés de conseil en technologies (ICT). Afin de faire écho à l’actualité, le questionnaire tient compte de la crise liée au Covid-19.