Retour aux actualités
8 oct 2019

Time to rethink ePrivacy: Syntec Numérique s'associe à 60 organisations européennes

Le projet de règlement ePrivacy a été proposé en janvier 2017 et reste encore à l'ordre du jour du Conseil de l'UE après deux ans et demi de discussions approfondies. Alors que le Conseil a examiné différentes pistes d'amélioration du texte, de nombreuses questions importantes restent sans réponse et les amendements continuent à créer plus de confusion que de clarté. 

Syntec Numérique s’est associé à 60 autres organisations professionnelles, de secteurs aussi variés que les technologies de l’information et de la communication, l'automobile, les technologies médicales, les équipements de construction, les appareils électroniques, les appareils ménagers, la vente au détail, les banques et les assurances, l’édition et les agences de communication, pour appeler les États membres à demander à la Commission européenne de réexaminer sa proposition de règlement.

Nous soutenons pleinement les ambitions qui ont conduit à cette proposition. La mise en place d'une nouvelle Commission européenne à partir du mois de novembre et du Parlement européen représente une opportunité pour renouveler ce débat, ce qui nécessite que la proposition soit fondamentalement réévaluée à la lumière des nombreuses préoccupations en suspens, du nouveau paysage législatif et du développement technologique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur numérique : Le nouveau gouvernement doit se concentrer sur l’investissement et la formation

07.07.2020

Syntec Numérique, organisation professionnelle des acteurs du numérique, dévoile ce jour les résultats de sa conférence semestrielle. Alors qu’un nouveau gouvernement vient d’être nommé, c’est l’occasion de revenir sur le bilan de l’année 2019, l’état des lieux du secteur du numérique en France post-Covid, et aussi de dessiner les priorités pour le dernier acte du quinquennat. Cheville ouvrière de la relance, le numérique doit irriguer l’ensemble des ministères et des industries. Investissements et formation seront les maîtres mots de la reprise.

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.

Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur numérique : Le nouveau gouvernement doit se concentrer sur l’investissement et la formation

07.07.2020

Syntec Numérique, organisation professionnelle des acteurs du numérique, dévoile ce jour les résultats de sa conférence semestrielle. Alors qu’un nouveau gouvernement vient d’être nommé, c’est l’occasion de revenir sur le bilan de l’année 2019, l’état des lieux du secteur du numérique en France post-Covid, et aussi de dessiner les priorités pour le dernier acte du quinquennat. Cheville ouvrière de la relance, le numérique doit irriguer l’ensemble des ministères et des industries. Investissements et formation seront les maîtres mots de la reprise.

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.