Retour aux actualités
Publié par

Transformation de la fonction juridique : interview d'Estée Artis, consultante senior, TNP Consultants

La transformation numérique illustre un rôle au carrefour des métiers pour le juriste. 

"Il ne s'agit plus seulement d'avoir des compétences juridiques, mais d'accompagner les clients dans le cadre de la gestion des projets, l'analyse de risques, la protection des données personnelles, etc."

Syntec Numérique : Vous évoquez l'avènement du « juriste numérique ». Qu'entendez-vous par là ?

Estée Artis : Le numérique fait nécessairement évoluer le métier de juriste, surtout pour ceux et celles qui comme moi, sont consultants dans un cabinet spécialisé en transformation numérique. Il ne s'agit plus seulement d'avoir des compétences juridiques, mais d'accompagner les clients dans le cadre de la gestion des projets, l'analyse des risques, la protection des données personnelles, etc. Notre équipe compte des juristes de profils très différents, capables de mener des audits, de travailler en étroite collaboration, par exemple, avec des ingénieurs en cybersécurité. C'est dans ce cadre que se dessine le nouveau rôle de juriste numérique. La fonction de ce juriste « augmenté » se situe au carrefour des métiers : il lui faut comprendre les aspects techniques des traitements (tant les processus que l’environnement IT), se faire comprendre des métiers qui traitent des données tout en étant très opérationnel. Il est certes un garde-fou, mais il doit surtout accompagner les métiers dans l’élaboration de leur stratégie et le déploiement de leur activité. C'est donc un accélérateur de projet. Cette fonction va se développer rapidement dans les entreprises pour accompagner leur transformation numérique, faire comprendre les enjeux, fluidifier les processus en interne et amener les collaborateurs à plus d'autonomie sur les sujets liés au numérique, dans un contexte international, tout en respectant les législations française et étrangère.

 

SN : Comment sont formés les juristes numériques ?

E. Artis : Il y existe plusieurs universitaires comme, par exemple, les masters dédiés aux nouvelles technologies, et des formations alliant droit et technologies. Les étudiants devraient s'y intéresser car il existe de vraies opportunités. En témoigne la forte augmentation du nombre d'annonces sur les sites d'emplois pour des postes de juristes dans le numérique… Toutefois, ce métier de juriste numérique suppose des compétences plus diversifiées que celles du juriste d'entreprise tel qu'on le connaissait. Elles s’étendent désormais à la stratégie d’entreprise, la gestion de projet, la cybersécurité, etc. Et beaucoup de ces compétences s'acquièrent avec l'expérience plus qu'à l'école !

SN : Ce métier bénéficie-t-il d'un effet RGPD ?

E. Artis : Oui, indubitablement ! Le RGPD est probablement LE texte juridique qui a été le plus médiatisé auprès du grand public au cours des dernières années. Ce règlement donne aussi l'occasion aux juristes de changer leur image et de développer de nouvelles compétences.

SN : De quelle manière ?

E. Artis : Dans l'entreprise, le juriste n'est pas toujours perçu de manière très positive, soit parce que sa fonction n'est pas valorisée, soit parce que les opérationnels veulent aller vite et qu'ils ne disposent pas des procédures. Or il est nécessaire qu'il y ait une bonne intelligence entre l'informatique et le juridique, d'autant plus dans le contexte de transformation numérique. Pour cela, les juristes doivent comprendre les enjeux de l'entreprise, du business, pour pouvoir accompagner les métiers au fil des projets. Il est absolument nécessaire qu'ils soient impliqués dans les projets en amont afin d'y inclure les principes juridiques ; leur rôle est devenu clé, notamment pour tout ce qui concerne la protection des données personnelles. Ils deviennent un rouage indispensable à la viabilité des projets. On parle beaucoup de privacy-by-design dans le domaine de la protection des données personnelles. Au-delà, il faut maintenant passer au legal-by-design à l’échelle des projets d’entreprise. À terme, si ce n’est pas déjà le cas, le juriste numérique a vocation à prendre place à la table des dirigeants et à participer activement à la définition de la stratégie et à la prise de décisions.
A lire également sur notre site

Transformation de la fonction juridique : interview de Nadia Nezvi, Directrice Juridique, groupe Oscaro

La transformation digitale de la fonction juridique implique que le juriste dispose de soft skills indispensables en termes de communication et polyvalence.