Retour aux actualités
Publié par

Transformation de la fonction juridique : interview de Nadia Nezvi, Directrice Juridique, groupe Oscaro

La transformation digitale de la fonction juridique implique que le juriste dispose de soft skills indispensables en termes de communication et polyvalence.

Le réel apport du numérique est de montrer que le juridique joue désormais un rôle stratégique dans le développement du business de l'entreprise au même titre que les autres fonctions !

Syntec Numérique : Quel est le rôle du service juridique dans votre entreprise ?

Nadia Nevzi : Oscaro est un site de vente en ligne de pièces automobiles d’origine fondé en 2001. Jusqu'à mon arrivée à l'automne 2018, la fonction juridique était répartie entre différents services (juridique, financier et RH) avec peu d'interaction entre eux. J'ai rejoint l'entreprise à une période charnière : Oscaro changeait d'actionnaire et d'équipe de direction. Ma mission a d'abord été de réorganiser et de structurer l'équipe, en mettant en place des objectifs clairs et des process adaptés à la stratégie de l'entreprise. Aujourd'hui, la direction juridique accompagne la direction générale et les opérationnels sur les questions liées à la fois aux projets quotidiens dits de "run" et aux projets prioritaires relatifs à la croissance de l'entreprise. Notre rôle est d'être au plus près du business, pour mieux l'accompagner, et trouver des solutions adaptées aux objectifs de la société. Être un véritable business partner, agile et efficace, et diffuser une véritable culture juridique au sein de l'entreprise, voici ce qui anime l'équipe juridique.

SN : Comment le numérique impacte-t-il votre métier ?

N. Nevzi : Le juriste doit avant tout comprendre le business et son environnement, il doit être proche des équipes pour comprendre leurs enjeux et suivre de près ce sur quoi elles travaillent. Au-delà de ses connaissances juridiques, la transformation digitale de la fonction juridique (avec la profusion de textes et de nouvelles questions juridiques, l'essor des legal techs, l'arrivée de nouveaux outils et de nouveaux métiers comme le DPO) implique aussi que le juriste dispose désormais de soft skills indispensables en termes de communication, de polyvalence, de travail en mode projet ; il doit enfin savoir tirer  profit des outils numériques. Pour faire face aux divers risques susceptibles d'impacter notre business, nous avons mis en place des comités de pilotage, qui réunissent les fonctions clés pour le déploiement d'un projet. En tant qu'acteur traitant des données personnelles, il est aussi essentiel de comprendre ce qu'est une donnée, son cycle de vie et de mettre en place une réelle gouvernance de la donnée pour mieux la sécuriser. A titre d'exemple, le RGPD s'il représente une avancée positive pour les utilisateurs, l'est aussi pour les entreprises ; pour Oscaro, la conformité n'est pas un mal nécessaire mais un nouveau levier qui renforce la relation de confiance avec nos clients et donc notre image de marque.

SN : Cela fait-il évoluer le métier de juriste ?

N. Nevzi : Oui, incontestablement. Le numérique et ses outils permettent de promouvoir la valeur ajoutée du service juridique et de mieux gérer les risques. Longtemps, le juriste était perçu comme une simple chambre d'enregistrement, un documentaliste… Aujourd'hui, en dématérialisant les process, le numérique fait gagner du temps et de l'efficacité. L'équipe juridique utilise, par exemple, un outil de suivi de sa roadmap et de reporting. Faire toujours plus avec moins est l'un des enjeux d'une direction juridique. Le numérique permet d'économiser des ressources grâce à l'automatisation des tâches répétitives et l'optimisation de celles à plus forte valeur ajoutée. Pour la gestion des contrats, nous avons mis en place une solution SaaS qui facilite la centralisation, le partage, l'archivage de nos contrats et leur signature électronique. Cet outil nous permet de rationaliser le processus de négociation et de validation de nos contrats, de réduire notre exposition aux risques et d’améliorer in fine notre performance opérationnelle. Cela a également montré aux équipes que le contrat n'est pas seulement un document juridique, mais que c'est aussi un outil stratégique pour notre business et qu'il doit donc être bien négocié et suivi ! La transformation numérique est un formidable vecteur d’opportunités pour la fonction juridique. Pour résumer, le réel apport du numérique est de montrer que le juridique joue désormais un rôle stratégique dans le développement du business de l'entreprise au même titre que les autres fonctions !
A lire également sur notre site

Transformation de la fonction juridique : interview de Vanessa Gourmelon, juriste senior secteur Banque Assurance, IBM France

Grâce aux méthodes agiles et aux outils collaboratifs, le numérique facilite la capitalisation des connaissances, gage d’efficacité accrue en entreprise pour le juriste.  

Grand Angle ESN & ICT : l’enquête de référence pour valoriser les ESN et les ICT, acteurs incontournables de la transformation numérique !

Syntec Numérique et KPMG lancent pour la 3ème année consécutive l’enquête Grand Angle et le classement annuel des entreprises du numérique.

Cette année marque une nouveauté importante avec l’intégration des sociétés de conseil en technologies (ICT). Afin de faire écho à l’actualité, le questionnaire tient compte de la crise liée au Covid-19.

Lettre juridique - septembre 2020

Téléchargez les actualités juridiques du mois de septembre 2020.