Retour aux actualités

Six Français sur dix réservent leurs vacances sur Internet

A l’heure où les Français préparent leurs valises pour profiter de l’été, la nouvelle vague du baromètre de Syntec Numérique et BVA fait le point sur l’organisation de leurs séjours. Si les résultats révèlent que les réservations électroniques sont aujourd’hui plébiscitées par une majorité de vacanciers, ils démontrent également que les agences de voyages en ligne ont encore un effort à faire pour rassurer les utilisateurs

Homme devant un schéma représentant la transformation numérique

Des vacances de plus en plus numériques pour les Français

  • 61 % ont déjà réservé des vacances sur Internet.
  • 28 % optent en priorité pour des sites dédiés à la location de vacances.
  • 58 % considèrent que les agences de voyages sur internet sont moins chères que les agences de voyages classiques
  • 38 % sont davantage rassurés par les agences virtuelles que par les agences physiques

Une majorité de Français adepte de la réservation en ligne

61 % des personnes interrogées ont déjà utilisé Internet pour réserver leurs vacances : 30 % pour l’hébergement seul, 28 % pour un séjour entier (transport et hébergement), 15 % pour le transport seul. On note en revanche que près d’un Français sur quatre n’a jamais réalisé de réservation électronique. Ce clivage s’explique essentiellement par l’âge, puisque l’on retrouve la moitié des 65 ans et plus parmi les réfractaires.

 

La spécialisation, un atout de taille pour les sites de réservation de location

Parmi les Français partisans de la location de vacances, près d’un tiers se dirigent vers les sites spécialisés. A l’inverse, les déclinaisons électroniques des agences de voyages ou les offices de tourisme ne recueillent que 8 % et 7 % des consommateurs, et les sites de mise en relation entre particulier seulement 6 %.

 

La confiance des utilisateurs, un défi important pour le secteur numérique

Bien que les agences de voyages virtuelles soient, pour 58 % des personnes interrogées, moins chères et, pour 53 %, plus flexibles que les agences de voyages classiques, elles souffrent encore d’un déficit de confiance. 53 % des Français les considèrent en effet moins rassurantes, autant les plus jeunes que les plus âgés.

« Face à la révolution numérique qui touche l’ensemble des secteurs économiques, est-ce que les vacances et l’industrie du tourisme sont particuliers ? D’après les résultats de notre baromètre, on peut répondre par la négative. Comme pour d’autres achats, les Français savent faire la part des choses entre ce que peuvent apporter comme avantages les achats sur Internet par rapport au circuit traditionnel. L’échange entre particuliers reste balbutiant mais, au regard de ce qui se passe dans d’autres pays, on peut imaginer que la croissance de ce type d’offres sera exponentielle dans les années qui viennent. A la veille d’une rentrée chargée en défis numériques, l’observation des comportements des vacanciers permet de faire une belle synthèse de l’état de maturité des Français face à Internet », commente Bruno Vanryb, président du collège Editeurs, Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Évolution de Syntec Informatique à Syntec Numérique

Voici le 3e et dernier article de la série rédigée pour présenter la transformation entre 2008 et 2018.

Évolution de Syntec Informatique à Syntec Numérique

Voici le deuxième article de la série rédigée pour présenter la transformation entre 2008 et 2018.

Pour ceux qui le souhaitent, voici le lien du 1er article.

Syntec Numérique Tour

Pour sa seconde édition, Syntec Numérique fera escale dans 16 villes. L'équipe et ses partenaires vont animer des conférences portant sur quatre sujets qui sont au coeur de l'actualité numérique, dont la présentation d'une enquête inédite sur l'usage des outils numériques.

Syntec Numérique signataire de l'Appel de Paris pour la cybersécurité

12.11.2018

Syntec Numérique figure parmi les premiers signataires de l'Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace, présenté le 12 novembre par le Président de la République à l'occasion du Forum sur la gouvernance de l'Internet.