Financement de la transformation numérique du parcours de vie

Ce livre blanc a été coordonné par Jean-François Goglin, Nadia Frontigny, Stéphanie Rousval-Auville et Francis Jubert, qui vous invitent à partager les convictions de leurs organisations respectives sur le financement de la transformation du parcours de vie par le numérique.

Photo d'un stéthoscope sous l'eau

Dans le Livre Blanc « La révolution du Bien Vieillir », nous avons décrit la nécessaire transformation numérique de notre système de santé et montré le rôle clé joué par les plateformes de service mutualisées.

Dans un second Livre Blanc sur la « Transformation du parcours de vie », nous avons décrit comment mettre en place cette mutation, ce qui passe par deux axes :

  • afficher une politique de santé publique permettant d’aligner les acteurs,
  • créer de nouvelles organisations (plateformes de service mutualisées) s’appuyant sur les organisations de santé existantes.

La question du financement de cette transformation restait posée. Ce nouveau Livre Blanc donne un cadre de réflexion et des pistes pour le financement de cette transformation : il est le fruit de la confrontation des expériences « métiers de la santé » avec les savoir-faire acquis par les entreprises du numérique dans leur accompagnement de la transformation des organisations depuis 15 ans.

Ce troisième Livre Blanc est l’aboutissement d’un long cheminement qui a permis de renforcer les convictions des différentes parties prenantes à ce travail.

Il capitalise sur les retours d’expérience des adhérents des nos deux structures et sur les travaux de réflexion menés au sein des conseils stratégiques de filière industrielle Santé et Silver Economie, du Pôle Innovation Finance, et avec des partenaires institutionnels français et européens (Blueprint de la Commission européenne et COCIR (the European Trade Association representing the medical imaging, radiotherapy, health ICT and electromedical industries).

La transformation numérique des parcours de vie nécessite de trouver de nouvelles sources de financement, aux origines multiples : solidarité nationale dans certains cas (télémédecine, prescription d’activité physique adaptée, particuliers (applications et objets connectés), entreprises (politiques de RSE et prévention), assureurs et mutuelles.

Il s’agit également de développer les plateformes de services mutualisées, dont le déploiement devra être accompagné par une politique de santé publique, déclinée au niveau régional, une fédération des actions privées et publiques pour une rationalisation des moyens (GHT, PTA) et un financement s’appuyant sur les résultats des expérimentations (télémédecine, PAERPA et TSN).