Les défis du Numérique - Dalila Rahmouni-Syed Gaffar

Visuel lecture numerique

On l'a lu

Parce qu’on avait envie de lire la réflexion de chacun des prestigieux auteurs qui composent ce recueil.

Parce que l’on a trouvé très intéressant le parti pris de cet ouvrage de croiser des points de vue multidisciplinaires sur les enjeux liés au numérique.

De quoi ça parle ?

L’ouvrage est divisé en cinq parties, composées de deux ou trois points de vue sur un enjeu du numérique.

Dans la première partie, consacrée à l’essor de l’intelligence artificielle :

  • Cédric Villani retrace les différents enjeux auxquels son rapport « Donner un sens à l’intelligence artificielle » (mars 2018) tente de répondre,
  • Julien Nocetti nous explique comment l’IA a bouleversé les rapports géopolitiques,
  • Béatrice Delmas Linef analyse les différents pans du droit qui doivent être repensés pour appréhender l’IA.

Dans la deuxième partie, consacrée au pouvoir des plateformes et à la puissance des données :

  • Yann Bonnet, Camille Hartmann et Judith Herzog analysent le modèle économique des plateformes et invitent le régulateur, les chercheurs et la société civile à créer des synergies pour concevoir une régulation efficace de ces nouveaux acteurs,
  • Edouard Geffray nous rappelle notamment que la protection des données personnelles est un droit ancien et s’interroge sur l’émergence possible d’un droit international de la protection des données personnelles
  • Mohammed Adnène Trojette, auteur du rapport "Ouverture des données publiques" en 2013 revient sur l’opportunité d’ouvrir les données publiques et retrace les différentes étapes de la création de l’« Etat plateforme », qui fait de l’Etat un « opérateur de plateformes numériques de service public ».

Dans la troisième partie, consacrée à la gouvernance de l’internet :

  • Dalila Rahmouni-Syed et Laurent Ferrali nous expliquent pourquoi la notion de gouvernance mondiale de l’internet est un mythe,
  • Emmanuel Adjovi décrit les pressions contradictoires subies par l’Afrique provenant des différents continents et appelle les Etats africains à mettre en place une stratégie commune de régulation,
  • Pierre Bonis expose que la fracture numérique se manifeste aussi bien dans l’accès à internet que dans les usages et revient sur les initiatives mises en place pour réduire cette fracture.

Dans la quatrième partie, consacrée à la désinformation :

  • Anne-Thida Norodom analyse le corpus de règles existant pour la régulation des fausses informations, en pointe les lacunes et pose les conditions de la réussite de la réglementation en la matière,
  • Lilian Richieri Hanania repense l’exception culturelle française à l’heure du numérique.

Enfin, dans la cinquième partie, consacrée au rôle du régulateur :

  • Thaima Samman et Marc Drevon nous expliquent en quoi la logique de « compliance », c’est-à-dire la « définition d’objectifs et/ou de principes par l’autorité qui laisse, les parties prenantes libres de déterminer les moyens permettant de les atteindre ou de les respecter » apparaît comme une réponse adaptée aux enjeux du numérique, Jean-Jacques Sahel repense le rôle du régulateur face à la technologie et invite à la convergence des réglementations à l’ère numérique.

 

actu FDN

Ce qu'on a aimé

  • Les réponses concrètes apportées par les auteurs dans chacun de leur domaine d’analyse, aux questions  pratiques soulevées par le numérique,
  • L’analyse passionnante de l’évolution de l’art de la guerre par le numérique (p.14), l’idée que « : la transformation numérique porte en elle les germes des solutions aux défis qu’elle soulève » (p.34) ou encore la proposition de s’inspirer, pour la réglementation internationale des données personnelles, des standards internationaux que les Etats ont su créer pour le droit de la mer ou de la propriété intellectuelle (p. 50).