Objets connectés

Ils ont pénétré notre quotidien, nos foyers, nos activités professionnelles et privées. Ils surveillent nos pratiques sportives, les paramètres techniques des voitures comme des avions, la température d'un composant ou l'accès aux locaux. Ils préviennent de l'usure d'une pièce mécanique ou du comportement anormal d'une personne dépendante.

« Ils », ce sont les objets connectés, catégorie qui regroupe tous les dispositifs capables de capter et de communiquer des données voire de les traiter. Et comme plusieurs des thèmes de la transformation numérique, ces objets concernent tous les métiers représentés au sein de Syntec Numérique

embedded france logo

Membre fondateur de l'association Embedded France, en 2013, Syntec Numérique a très tôt mesuré l'importance qu'allait prendre le domaine des systèmes embarqués. Embedded France organise chaque année les Assises de l'Embarqué, rendez-vous incontournable de l'informatique embarquée.

Le développement des objets connectés, un progrès pour 84% des français

En tête d’affiche lors du dernier « Consumer Electronic Show » de Las Vegas en début d’année, les objets connectés cachent une révolution technologique sans précédent qui touche avant tout les usages au quotidien (numériques). Le marché des objets connectés fait d’ailleurs partie des 34 plans d’actions sélectionnées par le Gouvernement pour réindustrialiser la France.

iot numérique

Un quart des Français déjà connectés pour faciliter leur quotidien

Près d’un quart des interrogés déclare aujourd’hui utiliser des objets connectés, en grande partie pour faciliter leur vie de tous les jours (23%). Ils les adoptent également pour surveiller leur santé (21%), se déplacer (20%), ou se protéger (14%).

Les objets au service des performances sportives (bracelets fitness, raquette, chaussures..) arrivent quant à eux au bas de l’échelle puisque seulement 9% d’entre eux déclarent en être équipés.

« On peut penser que ce taux d’équipement est faible, mais à y regarder de plus près, c’est déjà très prometteur sachant que ce marché est tout juste naissant : ce quart d’utilisateurs déjà acquis montre que les objets connectés commencent à habiter notre quotidien ! » commente Bruno Vanryb, ancien prédisent du collège éditeur

Une attente importante pour la santé et la sécurité

Si les secteurs d’application des objets connectés sont multiples, une grande majorité des Français souhaitent qu’ils soient développés en priorité pour la santé (64%) et  la sécurité (60%).

La « maison intelligente » recueille quant à elle l’intérêt de 30% des interrogés qui désirent l’amélioration des technologies de leur vie domestique. On retrouve ensuite la mobilité (22%) et le sport (6%), jugés moins essentiels et plus accessoires.

« La technologie est attendue là où elle rejoint les préoccupations principales des Français ! Suivre en temps réel son rythme cardiaque ou surveiller à distance sa maison étaient des usages qui n’étaient pas possibles facilement sans le numérique. C’est là où les Français sont prêts pour l’innovation, les petites améliorations de notre confort passant en seconde priorité. » poursuit Bruno Vanryb.

Homme devant un schéma illustrant des objets connectés

Un progrès considérable pour une majorité de Français

Près de 90% des personnes interrogées considèrent le développement des objets connectés comme une véritable avancée. En revanche, si 20% d’entre eux les perçoivent comme un progrès qu’ils sont prêts à adopter sans aucune nuance, 49% estiment que ces technologies sont encore trop chères ou trop compliquées à utiliser (15%).

A l’inverse, seulement 12% des Français assimilent ce développement à un danger, en partant du postulat que les objets connectés ont la capacité de recueillir et d’analyser des informations personnelles et confidentielles.

« On note que le prix et la complexité des objets connectés constituent les principaux freins que nous devons lever pour accompagner cette évolution. Les éditeurs de logiciels ont un rôle essentiel à jouer : derrière chaque objet, se trouve une application permettant de profiter de toutes ses potentialités. C’est la principale interface avec l’utilisateur final et surtout, la principale source de différenciation entre les différents équipements. Pour notre secteur, cela représente une nouvelle occasion de démontrer la nécessaire complémentarité entre matériel et logiciel… comme aux premières heures de l’informatique. Les objets connectés écrivent un nouveau chapitre de l’aventure du numérique ! » conclut Bruno Vanryb