Baromètre ville numérique 2014

A l’heure des élections municipales 2014, le numérique est un enjeu phare pour les campagnes électorales. Les élus municipaux doivent développer l’attractivité de leur territoire tout en s’adaptant aux besoins des Français en leurs proposant des projets numériques adaptés.

Des écosystèmes complexes

Le numérique transforme les villes dans toutes leurs dimensions en modifiant notamment leurs modes de fonctionnement, leur environnement physique et les interactions tant au niveau politique, qu’économique et social.

Plus concrètement, les villes deviennent des écosystèmes complexes et leur développement social et économique repose sur la performance de systèmes en interrelations. Le numérique est un levier possible de développement de ces villes pour favoriser le bien-être actuel et futur des citoyens et le développement de l’attractivité des territoires.

image d'une ville connectée numérique

Souvent confondu avec les concepts de smart city, ville durable et ville intelligente, qui en découlent ou en sont à l’origine, le terme de « ville numérique » peut prendre différents sens pour chacun des acteurs.

La représentation de la ville numérique va dépendre d’une multitude de facteurs, dont certains sont dynamiques, comme les technologies, l’innovation ou bien les usages.

Ces facteurs dynamiques vont se confronter à des éléments plus statiques comme les lois, les politiques, les administrations. Enfin les acteurs jouent un rôle prépondérant puisque c’est bien l’humain qui, en agissant sur son environnement, pourra tirer bénéfice des innovations technologiques en influençant les politiques.

Ces villes devront également porter le progrès en prenant conscience des risques potentiels tels que la fracture numérique ou les risques en termes de sécurité des données personnelles et de liberté des citoyens.

Dans ce document, la ville numérique est celle qui utilise le potentiel des technologies de l’information et de la communication pour améliorer le fonctionnement (économique, sociale, politique) de tous les éléments du territoire.

Dans le contexte d’un champ de compétences parfois mal défini entre décideurs publics municipaux et intercommunaux, et de fortes demandes des citoyens, des entreprises et autres acteurs locaux, le développement des outils numériques doit être coordonné pour qu’ils puissent apporter une véritable valeur ajoutée à la satisfaction des enjeux urbains. De ce fait, il en sort la réflexion suivante :

Dans quelle mesure les projets numériques et leurs systèmes de gouvernance participent-ils à l’émergence de la ville numérique ?

Dans cette perspective, Syntec Numérique, syndicat professionnel des entreprises de services du numérique, représentant les acteurs majeurs de l’industrie des logiciels et services informatiques, a constitué le Comité des Villes Numériques afin d’engager des réflexions autour de la notion de « ville numérique ».

Ce comité a réalisé en 2013, avec l’aide des étudiants du Master Stratégies Territoriales et Urbaines (STU) de Sciences Po, la première édition du baromètre des villes numériques, publié en juin 2013.

Cette année, en collaboration avec les étudiantes de Master 2 MITIC de l’université Paris–Est Marne-la-Vallée, Syntec Numérique réalise la seconde édition du baromètre auprès de grandes villes et agglomérations françaises de plus de 50 000 habitants.

Ce baromètre est destiné à apprécier les usages du numérique dans la ville, en mesurant les services aux citoyens, la gestion de la ville et son implication sur cette thématique. Il permet également de recenser les projets et les réalisations existantes. Pour répondre à cette problématique, le baromètre des villes numériques 2014 a été établi autour de 4 objectifs principaux :

  1. Identifier les motivations, les raisons qui poussent les villes à œuvrer pour la mise en place de projets numériques et les bénéfices escomptés pour le territoire
  2. Identifier les acteurs engagés dans la ville numérique et leur prise en compte par les villes
  3. Recenser les projets numériques actuels et futurs entrepris par les villes, dans les 10 domaines suivants : éducation, énergie / eau / déchets, culture, transport / mobilité, santé / social, sécurité, e-gouvernement / e-citoyenneté, bâtiment / urbanisme, développement économique, domaines transverses
  4. Mesurer le niveau de maturité de ces projets en évaluant :
  • Leur degré de réalisation
  • L’optimisation des moyens alloués à chaque projet
  • Le niveau de développement des indicateurs de mesure mis en place
  • La gouvernance et la coordination autour des différents projets, qui implique l’éventuelle participation d’acteurs extra-municipaux

Ce questionnaire nous conduit à la réalisation d’une synthèse des usages numériques dans les villes françaises de plus de 50 000 habitants (communes et intercommunalités). Cette synthèse met en avant des éléments qualitatifs et quantitatifs relatifs aux villes et aux acteurs questionnés.

A partir des éléments extraits de la base de données issue du questionnaire en ligne, une première analyse sur les usages du numérique des villes est réalisée par le biais de graphiques commentés, afin d’évaluer l’évolution des politiques numériques et de suivre les pratiques. De plus, cette synthèse permettra à chaque ville de se positionner par rapport face aux résultats nationaux de l’ensemble de l’échantillon. Cette étude pourra également servir pour alimenter un guide de bonnes pratiques à destination des élus.