Retour aux actualités
19 jan 2012

Les 10 propositions de Syntec Numérique aux candidats à l’élection présidentielle de 2012

Syntec Numérique présente 10 propositions aux candidats à l’élection présidentielle de 2012 et appelle à la création d’une union française des acteurs du numérique

rouages portés par des hommes et femmes

Le poids de l’industrie numérique est de plus en plus important en France : en 15 ans, elle a créé 700 000 emplois, plus que l’industrie automobile dans les années soixante. Aujourd’hui, ce secteur représente 1,5 million d’emplois et contribue chaque année à plus de 20% de la croissance de notre PIB.

Cette croissance formidable s’est réalisée sans réelle intervention de l’Etat. La création d’emplois et la réindustrialisation de la France, questions essentielles pour l’avenir de notre pays et thèmes centraux de la campagne présidentielle, passeront donc par le numérique dont le développement accuse un certain retard en France.

Syntec Numérique souhaite que les pouvoirs publics créent un environnement fiscal et social favorable au développement d’entreprises numériques innovantes et exportatrices. Ils doivent également inciter les industries traditionnelles à investir massivement dans les technologies du numérique afin d’augmenter leur productivité et donc leur compétitivité.

Le Numérique est un moyen pour moderniser l’Etat et réduire son déficit, simplifier la vie des citoyens et former les générations de demain.

« Notre conviction est que le numérique représente à la fois l’Industrie du futur et le futur de l’industrie. C’est pourquoi, aujourd’hui, nous nous adressons aux candidats à l’élection présidentielle afin qu’ils prennent conscience que le numérique est une réponse aux problèmes de notre pays en matière de croissance, de création d’emplois et de transformation de la société.

Il doit être au centre du programme des candidats, car c’est l’outil de transformation des entreprises, des administrations, de la vie des citoyens et des consommateurs. Afin de conforter l’influence du secteur, je souhaite la création d’une union française des acteurs du numérique pour que l’ensemble des professionnels de notre industrie puissent s’exprimer d’une même voix auprès des pouvoirs publics»,

commente Guy Mamou-Mani, Président de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Découvrez les candidats 2020 au poste d'administrateur

A l’occasion de son Assemblée générale, mardi 29 septembre 2020, Syntec Numérique va procéder au renouvellement d’une partie de son Conseil d’administration.

9ème édition du Panorama Top 250 des éditeurs de logiciels français

Syntec Numérique et EY présentaient hier soir les résultats de la neuvième édition du Top 250 des éditeurs de logiciels français, le panorama de référence du secteur portant cette année sur plus de 300 entreprises. La filière reste extrêmement dynamique et innovante en France malgré des difficultés de recrutement qui continuent de l’impacter.

Syntec Numérique revoit sa gouvernance, nomme 14 administrateurs au sein du Conseil d’Administration et dessine les contours de la relance

30.09.2020

A l’occasion de ses Assemblées Générales qui se sont tenues mardi 29 septembre, Syntec Numérique a revu sa gouvernance et a entériné la nomination de 14 administrateurs à son Conseil d’Administration. L’après-midi a été suivie des Rencontres de l’Ecosystème, en présence de Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques. L’opportunité pour le syndicat de revenir sur cette année 2020 marquée par la crise sanitaire et rappeler ses chantiers prioritaires pour les mois à venir, plus que jamais d’actualité.

Invalidation du Privacy Shield : le secteur numérique s’inquiète de l’impact immédiat et demande des mesures transitoires, en vue d’un cadre protecteur stabilisé

25.09.2020

L’Asic, Syntec Numérique et TECH IN France rappellent leur attachement à un haut niveau d’exigence en matière de protection des données des citoyens et des acteurs économiques. La décision récente de la CJUE concernant le « Privacy Shield », rappelant cette exigence, implique un réexamen des régimes de la donnée vis-à-vis des pays tiers. Toutefois, dans la période intermédiaire, des mesures transitoires devront être mises en œuvre afin de sécuriser juridiquement l’activité de toutes les entreprises concernées.