Retour aux actualités
Publié par
21 juin 2017

Cybersécurité : les besoins en formation

Face à la pénurie de talents en matière de sécurité numérique et à la nécessité d’améliorer la professionnalisation des profils, Syntec Numérique a fait appel à l’OPIIEC* - observatoire de la Branche -, qui a mandaté le Cabinet EY, afin d’analyser les besoins en formation et en compétences dans la filière cybersécurité.

schéma représentant un cannas illustrant la sécurité informatique

Publiée en juin, l’étude, réalisée avec l’appui de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), avait pour principaux objectifs de :

 

  • faire un état des lieux qualitatif et quantitatif des besoins en recrutement et en compétences dans les entreprises de la Branche, le tout selon les catégories de métiers ;
  • effectuer un bilan qualitatif et quantitatif des compétences attendues par les entreprises de la Branche en matière de cybersécurité à court et moyen terme ;
  • évaluer l’offre de formation initiale et continue existante en France notamment dans l'enseignement supérieur ;
  • mettre en perspective les compétences attendues avec l’offre de formation initiale et continue actuelle et son développement prévisionnel sur 3 et 5 ans ;
  • mesurer les impacts sur les emplois existants et les organisations (évolutions législatives et réglementaires).

 

Après avoir constaté que l’offre de formation en cybersécurité est diversifiée et en adéquation avec les besoins quantitatifs et qualitatifs des entreprises, l’étude identifie trois enjeux prioritaires :

 

  • accroître l’attractivité et la visibilité de la filière cybersécurité pour les étudiants et les jeunes professionnels ;
  • faciliter l’orientation et l’accès des lycéens et étudiants aux formations en cybersécurité ;
  • accompagner la mobilité professionnelle et la montée en compétences des salariés vers les métiers de la cybersécurité.

 

L’étude propose une cartographie des métiers et recense plus de 500 formations longues, dispensées par des établissements d’enseignement supérieurs, et courtes, dispensées par des organismes de formation continue. Elle établit les constats suivants :

 

  • une pénurie de candidats ;
  • des carrières dans la cybersécurité encore peu connues vis-à-vis du grand public ;
  • des métiers méconnus et réduits à la dimension technique ;
  • un taux de remplissage des formations initiales qui questionne le niveau d’attractivité de la filière ;
  • des canaux de recrutement divers ;
  • des initiatives remarquables sur lesquelles capitaliser ;
  • l’évolution des compétences demandées par les entreprises ;
  • une offre de formations en cybersécurité large mais peu lisible ;
  • des difficultés de recrutement externes qui conduisent à renforcer les mobilités internes ;
  • une sensibilisation encore insuffisante des dirigeants d’entreprises et des DRH.

« La cybersécurité constitue une filière dynamique et en croissance avec 24 000 emplois pour la branche, soit 3 % des effectifs totaux. La pénurie des talents en matière de cybersécurité risque de s’intensifier dans les prochaines années. Tout doit être fait pour résorber cette pénurie et accroître l’attractivité de la cybersécurité. A cette fin, Syntec Numérique, via le comité Cybersécurité, va poursuivre et multiplier ses actions à la lumière des préconisations formulées par cette étude. Il appelle également l’ensemble des acteurs à prendre connaissance de cette étude et à œuvrer à la concrétisation de ces axes de travail », commente Jean-Paul Alibert, président du Comité Cybersécurité de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Syntec Numérique lance ses Petits-déjeuners IA

Parce qu'il est capital que chacun puisse prendre toute la mesure des opportunités qu'offre l'IA, Syntec numérique vous convie à échanger une fois par mois sur les défis de ces technologies et les pistes pour les relever.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national.