Retour aux actualités

Isabelle Pleplé, Short Edition

C'est lors d'un déjeuner familial que l'idée de Short Edition est née et a rassemblé une famille autour de sa passion commune pour l’entrepreneuriat : le format littéraire court allait enfin trouver sa place dans le paysage culturel francophone grâce aux nouveaux modes de vie, à la communauté et au numérique. Découvrez le portrait d'Isabelle Pleplé, co-fondatrice de Short Edition!

Isabelle Pleple short edition

Femmes du Numérique : Pour commencer, quelle est votre définition du « numérique » ?

Isabelle Pleplé : Le numérique, c’est un nouvel accès à l’information... l’ouverture à une liberté intellectuelle sans limite qui peut être à la fois source d’inquiétude, de frustration et de manipulation mais également extrêmement puissante, car potentiellement source d’un accès inépuisable à la connaissance.

Les femmes, une opportunité pour le numérique. Le numérique, une opportunité pour les femmes. Qu’en pensez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi ce secteur ?

Le numérique est un champ technique et professionnel complètement vierge qui s’est ouvert dans une société qui, culturellement, avait déjà beaucoup travaillé sur les positionnements Homme/Femme. Le numérique est naturellement un excellent terrain de jeu pour appliquer les principes de parité… beaucoup plus vite que n’importe quel autre secteur où beaucoup d’énergie est encore nécessaire pour combattre les mauvaises habitudes du passé.

Par ailleurs, le numérique a apporté une souplesse dans l’organisation du travail incroyablement puissante dont ont pu bénéficier les femmes… mais aussi les hommes ! Ce qui a permis de mettre en place des équilibres vie privée/vie professionnelle très différents et générateurs de disponibilités.

Enfin, très clairement, les outils nouveaux ont donné des possibilités d’expression et de découverte à des femmes qui ont ainsi laissé s’exprimer leur créativité dans des cadres moins conventionnels et laissant une grande place à l’innovation… La puissance de l’innovation repose sur la juxtaposition des sensibilités masculines et féminines.

Etre une femme entrepreneure, est-ce un plus ?

Oui, bien sûr… mais je pourrais tout aussi bien vous dire non ! Etre entrepreneure, c’est être aussi bien dans l’action et dans l’urgence permanente que dans l’écoute très attentive de signaux des partenaires (associés, salariés, investisseurs…), du marché, des experts… Je crois beaucoup à la force de l’équipe. Avoir des sensibilités différentes au sein de l’équipe des fondateurs est une grande chance pour le projet… Cette diversité pouvant aussi se trouver chez des individus du même sexe, je crois qu’il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse : une équipe de femmes peut très bien fonctionner comme une équipe d’hommes peut très bien fonctionner !

Chez Short Edition, nous sommes quatre associés fondateurs : deux femmes, deux hommes… et nous fonctionnons vraiment très bien !

Avez-vous eu des doutes, des hésitations, ou rencontré des difficultés dans votre création d’entreprise ?

Oui, heureusement… le monde est complexe, il faut sans arrêt s’adapter, inventer et, en permanence, remettre l’ouvrage sur le métier.

Le quotidien de la start-up est rempli de difficultés mais la recherche permanente de solutions innovantes ne nous laisse que très peu de temps pour les doutes et les hésitations… Pour nous, le projet s’est créé de façon évidente et au jour le jour, et puis son caractère familial a facilité les choses en rendant les échanges fluides.

Notre mode de fonctionnement est tel que chacun puise son énergie dans la force de l’équipe : Christophe et moi sommes en co-pilotage permanent, avec de nombreuses heures d’échange chaque semaine, et Sylvia et Quentin sont, en mode expert, impliqués dans toutes les décisions. Cela dit, créer son entreprise demande une implication tellement importante que la vie privée en est fortement impactée, il est donc nécessaire de faire des choix. L’objectif est de maîtriser au maximum ses choix qui s’imposent au fur et à mesure de l’avancement du projet.

Présentez-nous votre projet. Comment cette idée est-elle née ? A quel besoin répondez-vous ?

C’est lors d’un déjeuner familial, à l’été 2009, avec mon frère, féru de littérature, et mon fils, jeune polytechnicien geek plongé dans le web 2.0 et le data mining, que le projet de Short Edition a vu le jour : c’est la passion commune pour l’entrepreneuriat qui nous a réunis autour d’une idée soudain évidente qui s’est rapidement transformée en conviction forte … le format littéraire court allait enfin trouver sa place dans le paysage culturel francophone grâce aux nouveaux modes de vie, à la communauté et au numérique.

Chacun peut mettre en visibilité ses œuvres et c’est la communauté des internautes qui fait sortir les meilleures œuvres (accessibles gratuitement sur ordi, smartphone, tablette)

Short Edition est l'éditeur communautaire de la littérature courte, tout ce qui se lit d'un trait en moins de 20 minutes (Nouvelles, BD courtes, Poèmes et Micro-Nouvelles). Toutes les œuvres sont accessibles gratuitement sur short-edition.com et sur les applis mobiles (iOS et Androïd).

Short Edition a déjà publié sur son site plus de 3 000 auteurs, compte plus de 100 000 lecteurs inscrits et a généré plus de 3,7 millions de lectures d’œuvres. Et ce sont au total plus d’1 million de visiteurs qui ont déjà visité le site.

Lauréat, dans la catégorie Innovation et Culture, du Printemps numérique 2013 (Conseil national de l'Internet) et de la Fête nationale des Services 2014 (Ministère de l‘Industrie), Short Edition a fait entrer le Groupe Express Roularta dans son capital début 2014. 

Short Edition est un créateur et diffuseur de contenus littéraires courts à haute valeur ajoutée pour des entreprises ou des institutions préoccupées d'apporter quelques moments de détente à leurs clients ou à leurs collaborateurs (Orange, Transdev, Butagaz, Région Rhône-Alpes, EDF, Quotidien du Médecin...) sous forme de littérature.

Nous proposons aussi aux entreprises et aux institutions de s'appuyer sur notre plateforme technique et sur notre savoir-faire de valorisation de communauté, pour créer rapidement des contenus nobles et inédits, et pour donner la parole d'une façon originale et impliquante, à travers l'écrit et la fiction, à leurs clients ou à leurs collaborateurs.

Au travers de votre activité professionnelle mais aussi de votre vie personnelle, comment défendez-vous l’égalité femme-homme ?

D’une certaine façon, pour moi, c’est un non-sujet : chacun a sa propre valeur et ses compétences ! Cela dit, chez Short Edition, aujourd’hui nous sommes neuf : cinq femmes et quatre hommes. Et chacun apporte à l’équipe ses compétences, mais aussi sa sensibilité et sa vision du monde.

Par ailleurs, je m’engage dans des actions visant à promouvoir l’activité des femmes ingénieures, sitôt que l’occasion s’en présente par l’intermédiaire de mon école, l’EPF, ou encore par celui d’organismes de notre écosystème… par exemple, nous sommes lauréats de Réseau Entreprendre à Grenoble et je participe activement au groupe de réflexion mis en place l’année dernière : Réseau Entreprendre au Féminin.  

Et vous, personnellement, comment êtes-vous parvenue à concilier vie professionnelle et vie familiale ?

Après mon école d’ingénieur, j’ai été consultante dans un cabinet de conseil dans lequel j’ai beaucoup travaillé, beaucoup appris… Et puis j’ai pris quelques mois de disponibilité à chaque naissance de mes enfants et cela a été un vrai bonheur, mais j’ai aussi toujours voulu rester dans la vie active, j’ai donc choisi des domaines permettant cette souplesse comme l’enseignement supérieur.

Par la suite, j’ai repris une activité au sein de l’entreprise en gardant une souplesse grâce à un temps partiel officiel, avec une disponibilité maximale pour répondre aux exigences de l’entreprise. Cela permet de choisir son rythme de travail : même s’il est très intense, c’était mon choix, ce qui me paraît fondamental dans l’équilibre personnel et familial. Enfin, nous avons toujours été clairs avec mon mari sur la gestion de l’équilibre familial… Parce que, je valide l’adage qui dit que, pour créer son entreprise, il faut – en plus de la bonne idée – une bonne santé, un peu de chance et… un conjoint compréhensif et supporter !

Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme qui hésite à travailler ou à créer son entreprise dans le secteur du numérique ?

Le monde du numérique possède un potentiel extraordinaire et créer son entreprise est une expérience formidable… le mieux est certainement de rencontrer quelques femmes entrepreneures pour avancer dans sa réflexion et finalement ne pas hésiter à y aller en veillant à s’entourer le mieux possible.

Par ailleurs, il existe des structures d’accompagnement très efficaces aussi bien dans le secteur du numérique que dans les réseaux féminins, ce sont des opportunités dont il faut profiter et que l’on peut conjuguer pour mener à bien son projet. Nous avons la chance que la France soit un fantastique creuset pour l’innovation et le numérique : selon le magazine économique américain Forbes, Grenoble par exemple apparaît comme la cinquième ville la plus innovante du monde juste derrière les villes californiennes de la Silicon Valley : San Diego et San Francisco…

Et si des hésitations subsistent, une solution peut être de commencer par intégrer une équipe existante dans un projet comparable : le secteur du numérique est appelé à prendre de plus en plus de place dans l’économie de demain !

Biographie

J’ai 53 ans, je suis mère de quatre enfants qui ont entre 18 et 25 ans et suis ingénieure EPF de formation. Je suis passée par le conseil en organisation (Sopra, ex Orgaconseil), l’enseignement de l’informatique et de la politique générale d’entreprise (IUT de Montluçon et de Reims, Reims Management School) et la direction d’une entreprise de e-Learning sur mesure pour les entreprises (Icus, filiale d’un groupe leader en RH en Italie).

C’est en février 2011 que j’ai co-fondé Short Edition, avec mon frère Christophe, passionné par le monde de la littérature et de l’édition et mon fils Quentin, encore étudiant en Data Sciences à l’Université de San Diego, en Californie : Short Edition est l'éditeur communautaire de la littérature courte, i.e. tout ce qui se lit d'un trait, en moins de 20 minutes (Nouvelles, BD courtes, Poèmes et Micro-Nouvelles).

***

Interview recueillie dans le cadre de la campagne Watify.

Watify est une initiative à but non lucratif mise en place par la Commission européenne, basée sur des témoignages d’entrepreneurs qui expliquent comment ils ont surmonté leurs doutes lors de la création ou de la numérisation de leur entreprise.

Pourquoi ? Parce que tout le monde s’interroge au moment de créer une entreprise ou de la développer dans le numérique. Il y aura toujours mille raisons de ne pas se lancer. Mais les doutes ne doivent pas entraîner l’abandon du projet. Au contraire, les doutes sont utiles : ils vous guident dans la bonne direction et vous amènent à vous poser les bonnes questions. Pourquoi ne pas créer ou digitaliser votre entreprise dès aujourd’hui !

A lire également sur notre site

Signature de la charte d’engagement pour la #mixité

Syntec Numérique a signé le protocole d’accord pour la mixité, l’emploi des femmes et la formation dans la filière du numérique

Le numérique, des études pour les femmes

Lors de la quatrième édition du trophée excellencia récompensant 8 lauréates, Gender Scan et Syntec Numérique ont dévoilé une enquête menée auprès de 547 répondants étudiants répondants.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Trophée des ESN 2019 : Découvrez les nommés !

Le Jury du Trophée des ESN 2019 s'est réuni le 17 juin dernier pour désigner deux nommés par catégorie. Le 5 septembre 2019, c'est vous, le public, qui désignerez les lauréats lors du Rendez-vous des ESN !