Retour aux actualités
24 oct 2013

ITrust, ou l’emploi de VIE, comme vecteur de déploiement rapide et à moindre coût à l’international

L’export est essentiel au développement de nos entreprises du numérique, la France n’étant pas toujours un marché suffisant ou mature pour les solutions développées par nos PME. Le gouvernement en a pris conscience et notre secteur est devenu une des filières prioritaires à l’export, dans le cadre du Pacte de Croissance, Compétitivité et Emploi (décembre 2012). Nos entreprises disposent de nombreux dispositifs pour les aider dans cette politique, dont le Volontariat International en Entreprise, salué et employé par l’entreprise innovante ITrust.

micro

ITrust, une société innovante en matière de sécurité informatique

La société ITrust, fondée en 2007 est devenu un acteur majeur de la sécurité informatique en région Midi-Pyrénées puis en France. D’abord cabinet d’expertise en sécurité des systèmes d’information (SSI), la société s’est orientée, en juin 2010 vers le développement et la commercialisation d’IKare, une solution SAAS d’identification des vulnérabilités en temps réel en complément de ses audits intrusifs. IKare permet de disposer de tableaux de bords révélant l’évolution des niveaux de sécurité d’une infrastructure et d’applications dans le temps : sites web, sites transactionnels (Ecommerce) et d’informatique (SLA, sécurité, chaîne de liaison …). IKare est disponible en machine virtuelle ou en mode cloud.

Cependant, au-delà des solutions et technologies associées, ITrust souhaite remettre l’humain au cœur de la démarche de sécurité de l’entreprise, prépondérant selon elle, notamment dans le cadre de la bonne circulation de l’information entre équipes opérationnelles et dirigeantes. Il convient de démystifier cette notion (human inside), et de ne pas la percevoir comme un élément fondamentalement complexe. Cette démarche relève d’un certain « bon sens » et doit être une préoccupation quotidienne. Forte de cette philosophie, l’entreprise, qui emploie une quinzaine de personne, a déjà séduit 160 clients et est notamment chef de file pour un projet de 7M€ dans le cadre du grand emprunt.

 

De la nécessité de l’international face à un marché national immature

La France, et tout particulièrement le Sud-Ouest, est le marché naturel d’ITrust. Après quelques mois de prospection, l’Entreprise a pris conscience que le marché national était moins mature pour IKare que d’autres marchés à l’export. Ce constat a été renforcé par les conclusions d’une étude de marché réalisée par Pierre Audouin Conseil (PAC), mais également par les premiers et rapides succès à l’étranger, notamment au Maroc, avec la négociation puis la signature d’un contrat de partenariat avec un organisme d’Etat après seulement un mois d’exploration.

La première vraie implantation à l’international pour ITrust s’est faite grâce à l’emploi d’un Volontaire International en Entreprise (VIE), suite à la rencontre entre ITrust et un étudiant de grande qualité, M. Faucon-Chaudhari, initialement en alternance en son sein. L’entreprise a accompagné la démarche personnelle de M. Faucon-Chaudhari qui souhaitait avoir une expérience professionnelle internationale et était attiré par l’Australie. Les premiers résultats sont très encourageants puisque un contrat avec un grossiste de référence australien, VADIS Systems, a été récemment signé.

Dans le cadre d’une stratégie plus large de développement international reprenant les conclusions de l’étude de marché en cours, ITrust développe ses positions en s’intéressant tout particulièrement au Royaume-Uni, au Benelux et à la Suisse. Ainsi d’ici fin 2013/début 2014, trois volontaires devraient être en poste dans ces pays/zones.

 

Le VIE, un déploiement à moindre frais

Dès le début de sa démarche export, ITrust a fait le choix du dispositif porté par Ubifrance du Volontariat International en Entreprise,  qui permet aux entreprises françaises, depuis sa création en 2000, de confier à un jeune, homme ou femme, jusqu’à 28 ans, une mission professionnelle à l’étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois, renouvelable une fois dans cette limite.

ITrust a pu bénéficier dans le cadre de ce dispositif de l’exonération des démarches liées à la gestion du personnel à l’international, déléguées à Ubifrance qui s’occupe des aspects contractuels, du versement des indemnités et de la protection sociale du volontaire.

Les avantages financiers du dispositif sont importants pour une TPE comme ITrust :  le contrat VIE bénéficie d'aides nationales et régionales pouvant représenter jusqu’à 50% du coût du volontaire ; le crédit import-export ; le contrat d’assurance-prospection COFACE, et enfin la  prise en charge subventionnelle d’une part importante du coût du V.I.E. par la Région Midi-Pyrénées, l’ensemble représentant un levier important pour concrétiser la démarche export.

 

De la difficulté à recruter le bon candidat

Si le soutien d’Ubifrance et les aides mises à disposition sont appréciables et appréciées, ITrust insiste sur la difficulté à recruter de bons profils pour un poste de VIE. Si, pour l’Australie, la démarche fut facilitée par la connaissance préalable des qualités de M. Faucon-Chaudhari, de telles circonstances sont rares. 

M. Baillette, le Directeur du Développement d’ITrust, évoque tout d’abord l’importance de critères d’ordre psychologique et comportemental. En effet, le candidat compte tenu des circonstances liées à l’expatriation et son isolement se doit d’avoir une certaine maturité et force de caractère. L’investissement demandé est également important, le candidat se doit d’être proactif, ingénieux et doté d’un bon relationnel.

Pour préparer correctement le candidat au VIE à sa nouvelle situation, ITrust a mis en place un processus de formation initiale, avant même le début du contrat. Cette formation chez ITrust inclut une dimension « Team Building » afin d’établir une relation de confiance entre toutes les parties prenantes, et a pour objectif de créer un attachement du VIE à son entreprise.

M. Baillette insiste ensuite sur les particularités du domaine de spécialité d’ITrust, la sécurité. Il est délicat, pointu, et nécessite de bonnes connaissances préalables (marché, compétences techniques, gestion des risques,…).  La sécurité est souvent l’apanage de la direction générale dans les entreprises.  Le candidat au VIE doit donc  être en capacité d’entrer en relation avec un public de directions générales et d’adopter le niveau de discours approprié (de la gestion d’entreprise à la technique) à ces interlocuteurs. Sur ce dernier point  M. Baillette salue le soutien apporté par le réseau Ubifrance et les CCI pour accueillir les VIE, et accélérer leur implantation en les mettant rapidement en contact avec les décideurs locaux (Réseaux …)

 

Améliorer le dispositif et rendre opérationnelle l’implantation des PME

Si M. Baillete se réjouit d’avoir pu bénéficier de ce dispositif, il souhaiterait que la prise en charge par les aides nationales et régionales ne soit pas limitée en nombre de contrats.

Au-delà,  M. Baillette insiste sur les coûts importants que représente une implantation locale pour une TPE, notamment en frais d’hébergement. Il se félicite de la création d’un réseau d’incubateurs français à l’étranger, les « French Digital Houses ». Actuellement limité à deux destinations, à San Francisco et en Chine, il apprécierait que cette belle initiative soit diffusée dans de nombreux pays.

 

Tout d’abord, il permet d’avoir un premier poste à l’international, ce qui peut être difficile à obtenir pour un jeune fraichement diplômé d’école de commerce. Les entreprises françaises préfèrent généralement des profils plus senior à l’export. De plus, j'apprécie les responsabilités importantes qui m'ont été confiées par le biais de ce contrat : développer l’activité et mettre en place un réseau de distribution, en quasi autonomie, sur les marchés A-NZ, est un vrai challenge. Je n’oublie pas les avantages de ce dispositif pour mon entreprise qui sont également importants, notamment d’un point de vue financier, avec diverses exonérations de charge. Ces avantages se sont révélés décisifs dans le choix de la stratégie de déploiement d’ITRUST dans la région APAC. 

Cependant, quelques améliorations peuvent être apportées au dispositif ; je pense notamment au manque d’informations concernant l’installation, le coût de la vie, l’accès aux soins, etc. De plus, il ne faut pas minimiser la difficulté de se retrouver seul, lorsque l’entreprise n’a pas encore de présence locale.

En résumé, le VIE représente pour moi le meilleur contrat jeune, un véritable tremplin pour une carrière à l’international, mon objectif." Nicolas Faucon-Chaudhari – VIE en Australie pour ITrust

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national. 

Trophée des ESN 2019 : Découvrez les nommés !

Le Jury du Trophée des ESN 2019 s'est réuni le 17 juin dernier pour désigner deux nommés par catégorie. Le 5 septembre 2019, c'est vous, le public, qui désignerez les lauréats lors du Rendez-vous des ESN !