Retour aux actualités
Publié par
9 juil 2019

Thomas Felfeli, nouveau délégué régional Hauts-de-France de Syntec Numérique

Syntec Numérique annonce la nomination de Thomas Felfeli en tant que délégué régional Hauts-de-France. Le secteur numérique représente dans cette région plus de 23 600 salariés, avec un taux de croissance annuel moyen de 5,1% depuis 2012.

 

Thomas Felfeli

Thomas Felfeli a commencé sa carrière à Montréal au sein de la société BeVolution. Il évolue depuis 2015 dans le secteur numérique des Hauts-de-France chez Acteos, où il occupe depuis 6 mois le poste de Directeur général délégué.

En tant que délégué régional de Syntec Numérique pour les Hauts-de-France, Thomas Felfeli aura notamment pour priorité la défense de l’attractivité de la région, tant au niveau national qu’européen, pour y attirer et fidéliser les acteurs du numérique. Sur sa feuille de route également, les sujets de formation et de promotion des métiers du secteur auprès des écoles et des universités, ainsi que la mixité, enjeu majeur des entreprises de la branche.

« Nous sommes ravis d’accueillir Thomas Felfeli en tant que nouveau délégué régional de la région des Hauts-de-France pour défendre à nos côtés les grands enjeux de notre secteur. Avec plus de 50% de nos adhérents en région, nous sommes plus que jamais conscients de notre mission d’accompagnement des entreprises régionales. A ce titre, cela fait maintenant 3 ans que nous organisons chaque année notre « Tour de France » pour revenir sur les sujets d’actualités du secteur numérique avec nos entreprises et les acteurs locaux, et nous serons évidemment au rendez-vous en 2019 à la rentrée », commente Godefroy de Bentzmann, Président de Syntec Numérique.

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur numérique : Le nouveau gouvernement doit se concentrer sur l’investissement et la formation

07.07.2020

Syntec Numérique, organisation professionnelle des acteurs du numérique, dévoile ce jour les résultats de sa conférence semestrielle. Alors qu’un nouveau gouvernement vient d’être nommé, c’est l’occasion de revenir sur le bilan de l’année 2019, l’état des lieux du secteur du numérique en France post-Covid, et aussi de dessiner les priorités pour le dernier acte du quinquennat. Cheville ouvrière de la relance, le numérique doit irriguer l’ensemble des ministères et des industries. Investissements et formation seront les maîtres mots de la reprise.

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.

Bilan 2019 et perspectives 2020 du secteur numérique : Le nouveau gouvernement doit se concentrer sur l’investissement et la formation

07.07.2020

Syntec Numérique, organisation professionnelle des acteurs du numérique, dévoile ce jour les résultats de sa conférence semestrielle. Alors qu’un nouveau gouvernement vient d’être nommé, c’est l’occasion de revenir sur le bilan de l’année 2019, l’état des lieux du secteur du numérique en France post-Covid, et aussi de dessiner les priorités pour le dernier acte du quinquennat. Cheville ouvrière de la relance, le numérique doit irriguer l’ensemble des ministères et des industries. Investissements et formation seront les maîtres mots de la reprise.

50 000 ingénieurs et techniciens R&D immédiatement prêts à s’investir pour assurer l’avenir des industries en France

01.07.2020

Le gouvernement a dévoilé le 24 juin au soir les grands axes du nouveau dispositif d’activité partielle de longue durée. Le dispositif, qui vise les entreprises confrontées à une réduction d’activité durable en raison de la crise, a pour objectif d’éviter les licenciements massifs tout en préservant les compétences. Syntec Numérique et Syntec-Ingénierie s’associent pour saluer ce dispositif absolument vital.