Retour aux actualités
Publié par
4 oct 2017

7ème édition du Panorama Top 250 des éditeurs de logiciels français

Syntec Numérique et EY ont présenté hier soir les résultats de la septième édition du Top 250 des éditeurs de logiciels français, le panorama de référence du secteur portant sur près 400 entreprises.

Lauréats de l'édition 2017 du TOP 250 des éditeurs de logiciel français

Avec un chiffre d’affaires en progression de 12 % entre 2015 et 2016 et plus de 8 500 emplois créés en France sur deux ans, la filière de l’innovation logicielle fait une nouvelle fois preuve de son dynamisme. Pourtant, le secteur reste toujours confronté aux mêmes défis que sont les difficultés de recrutement et l’accès au financement, leviers indispensables pour poursuivre leur développement en France comme à l’international.

Les éditeurs de logiciel, levier majeur de la révolution digitale

L’édition de logiciels, un secteur affichant une croissance soutenue et pérenne : en constante progression depuis 2010, le chiffre d’affaires du secteur a bondi de 30 % entre 2014 et 2016, et de 12 % sur la seule année dernière. En 2016, les 358 éditeurs français de notre panel ont enregistré un revenu total de 13,5 milliards d’euros. Tous les éditeurs participent de cette tendance, quelle que soit leur taille.

Software as a Service, un modèle économique toujours plus plébiscité par les éditeurs de logiciels français : la part du chiffre d’affaires issue de l’activité SaaS/Services Internet atteint 32 % du chiffre d’affaires total des éditeurs du panel en 2016, soit 7 points de plus qu’en 2015. Les éditeurs français font le choix de se concentrer sur cette activité et cette tendance est particulièrement marquée pour les éditeurs ayant récemment débuté leur activité. Près d’un éditeur sur deux ayant créé son activité depuis moins de 8 ans privilégie désormais le modèle SaaS/Services Internet.

L’internationalisation pour horizon : les éditeurs de plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisent la majorité de leurs ventes à l’export (62 % en 2016, contre 64 % en 2015). , ce qui est encore loin d’être le cas pour la moyenne des PME. Cependant, la part croissante de chiffre d’affaires réalisé hors de France s’explique aussi par l’émergence de champions tournés dès leur création vers l’international, à l’instar de Criteo, dont 93 % du chiffre d'affaires a été réalisé à l'étranger en 2016. Le lauréat du Prix de l’International, Allegorithmic, en est une excellente illustration : cette société clermontoise fondée en 2003 réalise aujourd’hui près de 88 % de son chiffre d’affaires hors de France.

Talents, une ressource toujours aussi critique pour le développement des éditeurs : les difficultés de recrutement semblent s’être accrues en 2016 ; 78 % des éditeurs indiquaient rencontrer des difficultés pour recruter en 2016 et 83 % soulignaient la rareté des profils recherchés. Si les profils recherchés sont divers, les développeurs restent les talents les plus demandés par les éditeurs de logiciels (71 % en recherchent activement)

édition 2017 du TOP 250 des édtieurs de logiciel français avec Eric Bothorel, laure de la Raudière et Antoine Petit

Antoine Petit, PDG de l'Inria, Eric Bothorel, député des Côtes-d'Armor, et Laure de la Raudière, député d'Eure-et-Loir, ont débatu des enjeux de l'intelligence artificielle pour notre pays. 

 

Innovation, le rythme s’accélère : la R&D est toujours au cœur de la stratégie de développement des éditeurs de logiciels. En 2016, l’ensemble des éditeurs du panel y consacrait 10 % de leur chiffre d’affaire et 16 % de leurs effectifs. Chez les pure players, 18 % du chiffre d’affaires et 33 % des effectifs étaient dédiés à la R&D. Cet effort de R&D s’exerce particulièrement en France où sont basés les trois quarts des effectifs sont (74 %). Il est encouragé par des dispositifs fiscaux favorables, en particulier le crédit d’impôt recherche auquel recourent 78 % des éditeurs français.

Préparer l’avenir - nouveaux clients, nouveaux modèles de financement ? : en matière de perspectives de développement, l’édition 2017 révèle un changement majeur. En effet, les éditeurs placent désormais le secteur Banque / Assurance devant l’industrie parmi les secteurs à cibler en priorité. Autre domaine à se digitaliser, le secteur public représente le troisième secteur le plus prioritaire, même si ses appels d’offres restent difficiles d’accès aux éditeurs de moins de 5 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Jean-Christophe Pernet, associé EY en charge de l’étude, commente : « L’année 2016 vient confirmer les excellentes performances des éditeurs de logiciels français observées au cours des dernières années. Avec une croissance de 12 %, la filière fait une nouvelle fois la preuve de son dynamisme. Pour la première fois, notre panorama démontre le caractère pérenne de cette croissance qui s’appuie en particulier sur un modèle économique rentable. »

édition 2017 du TOP 250 des éditeurs de logiciel français avec Marc Genevois

Marc Genevois, président du Collège Editeurs de Syntec Numérique.

« Dans cette passionnante période de révolution digitale, l’économie française peut compter sur l’innovation logicielle pour accompagner sa mutation. Avec une croissance à deux chiffres en 2016 et même de 30 % sur deux ans, le dynamisme des éditeurs de logiciels français est indéniable.

De plus, le secteur crée des emplois (plus de 8 500 sur deux ans pour les seuls éditeurs pure players et investit massivement dans la R&D. Néanmoins, les éditeurs font toujours face à des difficultés de recrutement et d’accès au financement. Deux défis auxquels il nous faut trouver des solutions pour rendre cette croissance durable. », déclare Marc Genevois, Président du collège Editeurs, Syntec Numérique.

Lauréats des trophées 2017

Animée par Anicet Mbida, la cérémonie a récompensé quatre éditeurs :

  • Trophée 2017 International, décerné à la société Allegorithmic, à l’origine de la solution Substance, une suite graphique qui s’est imposée sur la niche des textures pour modèles 3D, particulièrement utilisée par les studios de production de jeux vidéo à l’international.
  • Trophée 2017 Innovation, décerné à la société Arkamys, spécialisée dans le traitement numérique du signal audio pour améliorer la qualité du son des équipements électroniques à partir d’un procédé de spatialisation.
  • Trophée 2017 Jeux vidéo, décerné à la société Dontnod Entertainment, studio français de développement de jeux vidéo basé à Paris, connaissant un grand succès à l’international
  • Trophée 2017 Prix du jury, décerné à la société AB Tasty, éditeur spécialisé dans les solutions de test et d'optimisation du parcours client sur les sites marchands destinées aux équipes marketing. 

Découvrez les lauréats de l'édition 2017 du Top 250

Thématiques associés

A lire également sur notre site

Trophée des ESN 2019 : Découvrez les nommés !

Le Jury du Trophée des ESN 2019 s'est réuni le 17 juin dernier pour désigner deux nommés par catégorie. Le 5 septembre 2019, c'est vous, le public, qui désignerez les lauréats lors du Rendez-vous des ESN !

Godefroy de Bentzmann réélu à la tête de Syntec Numérique

10.07.2019

Après avoir entériné la nomination de 9 administrateurs le 25 juin dernier, le conseil d’administration a procédé aujourd’hui à la réélection de Godefroy de Bentzmann à la présidence de Syntec Numérique. Après un premier mandat de 3 ans marqué par une forte mobilisation autour de la formation aux métiers du numérique et de l’application du RGPD en France, Godefroy de Bentzmann a pour ambition de poursuivre les grands chantiers de l’organisation professionnelle, notamment ceux axés autour de la formation, de l’inclusion et du développement durable.

Syntec Numérique lance ses Petits-déjeuners IA

Parce qu'il est capital que chacun puisse prendre toute la mesure des opportunités qu'offre l'IA, Syntec numérique vous convie à échanger une fois par mois sur les défis de ces technologies et les pistes pour les relever.

Taxe sur les services numériques : une approche imparfaite et nécessairement transitoire selon Syntec Numérique

12.07.2019

Après l’Assemblée nationale le 4 juillet dernier, le Sénat a adopté aujourd’hui définitivement le projet de loi portant création d’une taxe sur les services numériques et modification de la trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés. Un dispositif imparfait, selon Syntec Numérique, qui ne doit être envisagé que de manière transitoire pour ne pas pénaliser l’écosystème national.